Les athlètes russes dopés au xénon à Sotchi ?

le
0
La délégation russe défile fièrement lors de la cérémonie de clôture des JO.
La délégation russe défile fièrement lors de la cérémonie de clôture des JO.

Il y a de l'eau dans le gaz pour la délégation olympique russe. Ou plutôt, du gaz dans les narines. La chaîne allemande WRD a en effet révélé, dans une enquête diffusée lundi dernier, que les athlètes russes auraient inhalé du xénon pour booster leurs performances.Ce gaz rare, indétectable lors des contrôles antidopage, stimule la production par le corps d'EPO naturelle. C'est cette hormone qui contribue elle-même au développement des globules rouges."Il n'y a rien de mal à cela"Serait-ce ce coup de pouce qui a permis à la délégation russe de glaner, chez elle, 33 médailles, dont 13 en or ? "Le xénon n'est pas un gaz illégal", affirme le président de l'Agence fédérale russe de biomédecine. "Nous avons pour principe de ne pas utiliser ce qui est interdit par l'Agence mondiale antidopage", poursuit Vladimir Uiba, pour qui le xénon "n'est pas illégal. Ce n'est pas destructeur et cela ne provoque pas d'effet secondaire.""Il est possible que nos sportifs aient eu recours à des inhalateurs de xénon, mais il n'y a rien de mal à cela", concède cependant le patron de l'Agence russe de biomédecine. Un semi-aveu, puisqu'aucun contrôle positif n'est venu étayer la révélation de la télévision allemande.Des précédents pour la RussieLe xénon est en effet indétectable lors des contrôles. Son effet, réel, n'étant pas aussi spectaculaire que l'injection d'EPO. Sans compter que la stimulation de la production naturelle de l'hormone n'est pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant