Les Atelières : les ex-Lejaby ont déjà récolté 40 000 euros

le
6
Les Atelières : les ex-Lejaby ont déjà récolté 40 000 euros
Les Atelières : les ex-Lejaby ont déjà récolté 40 000 euros

Le sauvetage des Atelières est bien parti. Une semaine après avoir lancé une «souscription publique pour financer leur coopérative en graves diffilcutés, les ex-ouvrières de Lejaby ont déjà récolté près de 40000 euros. «On a bien avancé, entre lundi et mercredi, on était autour de 40.000 euros», a confirmé aujourd'hui sur RTL  la présidente de la coopérative Muriel Pernin

«Il y a une dynamique amorcée extrêmement positive, elle doit se confirmer dans les jours prochains jusqu'à l'assemblée générale du 21 mars», a-t-elle poursuivi. Une course de vitesse est en effet engagée pour sauver les Atelières qui, fondée il y a un an, produit de la lingerie haut de gamme à Villeurbanne (Rhône) et compte 30 salariés, dont 5 ex-Lejaby.

Jeudi dernier, les Atelières ont lancé cette nouvelle souscription publique. L'objectif est de récolter «100.000 à 150.000 euros», une somme composé de dons allant en général de 10 à 20 euros. Une première opération similaire, lancée le 18 juin 2012, avait permis de rassembler 250.000 euros.

Les Atelières ont aussi relancé un appel  aux investisseurs privés après avoir déjà réuni 250.000 euros lors d'un précédent tour de table. «Nous avons reçu «pas mal de propositions d'investisseurs, plutôt des Français», a précisé Muriel Perrin. Proposition qu'elle chiffre autour de «150.000 euros».

Polémique avec la Banque publique d'investissements

Le sauvetage de la coopérative des «Atelières» a souffert de la polémique avec la Banque publique d'investissements. Le 7 mars, la BPI a affirmé que l'entreprise n'avait pas fait la preuve de sa viabilité à terme et de sa capacité à rembourser un emprunt, avec notamment «300.000 euros de vente pour 850.000 euros de dépenses aux derniers comptes». En outre, elle n'a pas renforcé ses fonds propres, «ceux-ci étant, à cette date, négatifs», avait encore indiqué la BPI..

«On ne veut pas faire un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • les.vans le jeudi 13 mar 2014 à 12:45

    40 0000 euros imposable donc a la fin il ne restera , rien .

  • stricot le jeudi 13 mar 2014 à 12:31

    oui 40k c'est 30 SMIC pendant un mois... pas de quoi voir l'avenir avec sérénité

  • my2cents le jeudi 13 mar 2014 à 12:28

    Même réaction : que 5 sur 30. Et 30 au smic ça fait 500 KE de charges salariales minimum. 850 de dépenses pour 300 de CA et 500 de masse salariale : cout des achats et des autres charges = 50 KE ????!!!!

  • j-c-roy le jeudi 13 mar 2014 à 12:13

    Pourquoi n'y a t'il QUE 5 "ex-Lejaby" parmi les 30 salariés de l'entreprise ? L'inverse m'aurait paru plus logique. Non ?

  • marsupi8 le jeudi 13 mar 2014 à 12:12

    tu m étonnes y a un soucis de gestion a mon avis mais bon gentil donateur !

  • lorant21 le jeudi 13 mar 2014 à 12:05

    300 000€ de ventes pour 850 000€ de dépenses.. une entreprise viable .... si ce sont des fonctionnaires!