Les assureurs conservent un fort appétit pour le risque, observe BlackRock

le
0

(AOF) - L’environnement de croissance faible et de taux durablement bas renforce l'appétit pour le risque des assureurs, en dépit des incertitudes géopolitiques, révèle une nouvelle étude commandée par BlackRock à The Economist Intelligence Unit. Seulement 8 % des répondants prévoient de réduire leur exposition au risque, tandis que 47 % envisagent une augmentation et que 46 % souhaitent maintenir un niveau similaire sur les 12 à 24 prochains mois.

Ces résultats soulignent un niveau de prudence légèrement plus élevé qu'en 2015, alors que 57 % des assureurs dans le monde prévoyaient de s'exposer davantage au risque, tandis que 38 % visaient à maintenir un niveau stable.

" Les assureurs prennent beaucoup plus de risques que dans le passé, à mesure qu'ils élargissent leurs horizons pour trouver de nouvelles sources de rendement et de revenus. ", a expliqué Patrick M. Liedtke, responsable du département gestion d'actifs Assurance de BlackRock en Europe.

Le gestionnaire d'actifs ajoute que la volonté des assureurs de s'exposer davantage au risque contraste avec la proportion élevée de répondants qui prévoient d'augmenter leur allocation aux liquidités et aux emprunts d'État.

50 % des assureurs affirment en effet vouloir renforcer leurs détentions de liquidités au cours des prochains mois, contre 36 % l'année dernière, alors que 47 % d'entre eux estiment toujours augmenter leur allocation aux emprunts d'État, qui est ainsi la classe d'actifs obligataire la plus citée de cette enquête.

" Cela met en exergue une tendance à prendre des risques de manière sélective sur différentes classes d'actifs ", analyse BlackRock.

Du côté des actifs risqués, 41 % des assureurs ont l'intention d'accentuer leurs pondérations des titres obligataires non-investment grade, contre seulement 26 % en 2015, et 21 % disent vouloir augmenter leur allocation aux actions, contre 13 % l'année dernière. Parallèlement, très peu ont prévu d'accroître leur allocation aux obligations investment grade comparé à l'année dernière (seulement 21 % contre 45 % en 2015).

Le rapport souligne par ailleurs une forte volonté de renforcer l'allocation aux marchés privés. 53 % des assureurs ont l'intention d'accentuer leur exposition aux prêts hypothécaires commerciaux, contre 38 % l'année dernière ; du côté des titres immobiliers commerciaux, 48 % prévoient une augmentation de leur allocation, alors qu'ils étaient 30 % en 2015. L'intérêt porté au capital-investissement fait également ressortir cette tendance, sachant que 49 % des répondants pensent accroître leur allocation à ce segment, contre 27 % il y a un an.

Toutefois, les assureurs ont évoqué plusieurs barrières les empêchant de concrétiser pleinement leurs ambitions sur les marchés privés. Elles se rattachent principalement aux charges de capital ou encore à l'efficacité du capital, qui est citée par 46 % des interrogés. La collaboration avec les équipes dirigeantes apparaît cruciale, et 27 % des assureurs affirment travailler sur la formation des parties prenantes en interne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant