Les assurances auto connectées devraient gagner du terrain

le
0

De plus en plus de primes d'assurance seront tarifées en fonction du comportement au volant de l'assuré . L'assurance auto connectée pourrait représenter 17% du marché européen d'ici à 2020, selon Deloitte.

La prime de son assurance automobile sera-t-elle bientôt calculée en fonction de ses qualités de conducteur? C'est possible. «Les objets connectés deviennent une partie intégrante de notre quotidien. La plupart des industries se sont emparées de cette tendance pour renforcer les liens avec leurs clients. Les assureurs automobiles ne sont pas en reste», explique Michel de Bellière, associé reponsable du secteur assurance au cabinet Deloitte. À l'avenir, un grand nombre d'assurances auto pourraient donc être tarifées en fonction du comportement de l'automobiliste mesuré grâce à des capteurs placés (dans un boîtier) dans la voiture ou à des applications pour smartphone.

Pour l'heure, l'assurance connectée ou télématique est encore balbutiante sur le Vieux continent. Seuls le Royaume-Uni (plus de 450.000 contrats fin 2015) et surtout l'Italie (plus de 4,5 millions de contrats et 15% du marché d'assurance auto local) sont en pointe sur ce marché, constate l'étude du cabinet Deloitte, qui a interrogé 15.000 personnes dans 11 pays. En France, quelque très rares assureurs proposent des formules de «pay how you drive» (Allianz, Direct Assurance ayant vendu au total moins de 20.000 contrats fin 2015).

Mais les choses devraient changer. Près d'un tiers (31%) des automobilistes européens interrogés par Deloitte se disent prêts à partager leurs données personnelles de conduite avec un assureur. «Les compagnies d'assurance bénéficient d'une image plutôt positive auprès des particuliers. Les particuliers interrogés sont plus enclins à partager leurs données avec leur assureur qu'avec un constructeur auto ou leur réseau social», relève Michel de la Bellière. Mais ces informations doivent toutefois avoir un lien avec leur véhicule. Leur objectif? Principalement, bénéficier d'une réduction tarifaire (pour 48% d'entre eux).

En parallèle, de plus en plus d'Européens se disent prêts à changer d'assureur: quand on leur demande de noter de 0 à 10 leur intention de le faire, la moyenne s'élève à 4,5, contre 3,7 en 2015. «La digitalisation de l'économie et les changements réglementaires ont pour conséquences une plus grande volatilité des consommateurs», justifie l'étude de Deloitte. En France aussi la volonté de changer d'assureur a augmenté. «Alors que l'effet de la loi Hamon (NDLR: qui permet après la première année de changer d'assurance sans attendre la date anniversaire du contrat), ne s'est pas encore complètement fait ressentir, la baisse de la rentabilité du marché devrait déclencher une augmentation des prix qui permettra la transition», estiment les auteurs de l'étude.

L'assurance connectée pourrait représenter 17% du marché européen en 2020

L'assurance connectée semble donc promise à un bel avenir. Selon les experts du cabinet Deloitte, les offres basées sur la télématique devraient représenter 17% de l'ensemble des assurances automobiles en Europe, d'ici à 2020, soit 17 milliards d'euros de primes. Cependant, le prix ne doit pas être le seul argument. «Les assureurs ont besoin de repenser leur offre actuelle et de proposer des produits d'assurance automobile connectée embarquant des services personnalisés à forte valeur ajoutée», explique l'étude.

Plus de la moitié des européens sondés ont indiqué qu'ils étaient prêts à partager leurs données en échange d'au moins un service: bénéficier d'une assistance dépannage gratuite; une assistance automatique en cas d'urgence; un système d'une balise sur la voiture permettant de la retrouver en cas de vol; de services gratuit de changement d'huile ou d'entretien du véhicule. «Les clients sont de plus conscients de la valeur de leurs données. Ils attendent une valeur tangible des services contre lesquels ils les échangent», constate Godefroy de Colombe, le PDG de Direct Assurance (filiale d'AXA).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant