Les ascenseurs se réinventent en version solaire ou haussmannienne

le
0

C’est le moyen de transport le plus utilisé au monde. Les professionnels viennent dedécerner leurs premiers Trophées de l’ascenseur. Preuve que l’on peut encore faire évoluer cet engin qu’utilisent 60% des Français.

C’est un moyen de transport de notre quotidien auquel on ne pense pas particulièrement. Excepté lorsqu’il tombe en panne. La France compte 530.000 ascenseurs - dont la moitié ont plus de 25 ans d’ancienneté - qui effectuent 100 millions de trajets par jour... Maison et bureau confondus. Cela fait beaucoup de temps passé dans l’ascenseur. Et ce n’est que le début. «D’un point de vue prospectif, 70% de la population sera urbaine d’ici 2030, et les constructions vont être de plus en plus tournées vers la verticalité», explique Pierre Hardouin, président de la Fédération des ascenseurs.

Qui dit verticalité dit grands immeubles, étages, et donc ascenseurs! Des ascenseurs qui eux-aussi, doivent se tourner vers le futur, et innover, que ce soit dans leur mode d’utilisation, ou pour le confort de ceux qui l’empruntent de plus en plus chaque jour. La Fédération des ascenseurs a dévoilé, à Paris, quatre projets lauréats des premiers Trophées de l’ascenseur. Des projets innovants, tournés vers l’avenir, et qui répondent aux enjeux sociétaux de demain.

• Développement durable.Un ascenseur quasi autonome. C’était l’un des enjeux dans la construction d’un projet de 32 logements sociaux à Rezé, dans la banlieue de Nantes: privilégier les énergies renouvelables pour favoriser les bâtiments autonomes en énergie voire à énergie positive. Cela passe aussi par l’ascenseur! Ce dernier, branché sur 4 des 212 panneaux photovoltaïques installés sur le toit, est complètement autonome - y compris en cas de panne de courant - durant 80% de l’année, et s’auto-recharge grâce à des batteries composées à 97% de matériaux recyclés. Une première «made in France». «Ce type de technologie répond à des problématiques d’avenir. Mais pour le moment, elle n’est applicable que sur des petites constructions», précise Alain Meslier, délégué général de la Fédération.

• Technologies. La réhabilitation de la tour First, à la Défense. Du haut de ses 231 mètres, la tour First est une construction hors-norme. Restructurée entre 2007 et 2011, il a fallu gérer des problématiques pointues: l’ajout de dix niveaux à la tour initiale a conduit à une augmentation de 50% de la population qui occupe les lieux... et il faut gérer le flux des locataires que cela engendre! Une technologie développée par l’ascensoriste Kone agit comme une calculatrice qui vous dirige vers la bonne cabine d’ascenseur, selon votre destination. Une technologie de plus en plus répandue, qui régule le trafic tout en optimisant le temps de trajet.

• Intégration et patrimoine. Un ascenseur flambant neuf dans un immeuble haussmannien. Construire de l’équipement neuf dans de l’ancien... sans rien toucher, ni dénaturer. Un challenge qui a été réussi dans le très chic complexe résidentiel du 28 rue de l’Université, dans le VIIe arrondissement de Paris. En 2012, le propriétaire décide de rénover complètement l’immeuble en y intégrant un ascenseur. Le nouvel appareil comprend notamment une impeccable reproduction de fer forgé sur les portes palières, la fabrication d’une cabine en bois massif. Un appareil en phase avec les standards esthétiques de l’époque qui, bien que flambant neuf, se fond parfaitement dans le décor. Dans des villes comme Paris, les immeubles haussmanniens non équipés sont encore nombreux...

• Accessibilité. La modernisation de ce qui existe déjà. Le dernier trophée a été décerné au Club Med de l’Alpe d’Huez La Sarenne, dans l’un des plus grands domaines skiables de France. Une nécessité: transformer et moderniser la mobilité verticale d’un établissement hôtelier qui voit défiler plusieurs milliers de personnes. Signalisations de la cabine, portes palières, synthèse vocale... Tout a été modifié grâce à un système qui s’adapte à l’ascenseur, et ne nécessite aucuns travaux supplémentaires. Le système - baptisée Osmoz - est entièrement personnalisable (boutons, musique, voix...) afin de correspondre au mieux aux attentes des usagers.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant