Les arrivées de migrants sur les îles grecques divisées par trois

le
0
 (Actualisé avec situation en Turquie) 
    ATHENES, 6 avril (Reuters) - Deux jours après les premiers 
renvois de demandeurs d'asile vers la Turquie, le nombre de 
migrants arrivés en Grèce a considérablement diminué mercredi, 
selon les derniers chiffres du ministère grec des Migrations. 
    Mercredi matin, l'administration comptabilisait 68 arrivées 
sur les îles grecques de la mer Egée au cours des vingt-quatre 
heures écoulées contre 225 lors des vingt-quatre heures 
précédentes. 
    "Nous avons eu un afflux très faible depuis l'autre côté de 
la mer Egée, ce que nous considérons comme positif", a déclaré 
George Kyritsis, un des porte-parole du gouvernement grec sur la 
crise migratoire. 
    En application de l'accord conclu le mois dernier entre 
l'Union européenne et Ankara, les renvois vers la Turquie de 
demandeurs d'asile y compris syriens arrivés clandestinement en 
Grèce ont commencé lundi.  ID:nL5N1770E1  
    En retour, en plus d'un renforcement de l'aide financière, 
d'une accélération de l'exemption de visas pour les Turcs se 
rendant en Europe et d'une relance des négociations d'adhésion, 
l'UE s'engage pour chaque Syrien renvoyé en Turquie à admettre 
sur son territoire un autre Syrien actuellement réfugié en 
Turquie. 
    Les promoteurs de cet accord le présentent comme un moyen de 
dissuader les demandeurs d'asile de risquer leur vie en 
traversant la mer Egée et de démanteler les réseaux de passeurs. 
    Ses détracteurs dénoncent un "ignoble marchandage" et une 
violation des obligations d'asile pour les réfugiés fuyant la 
guerre. 
    Depuis l'entrée en vigueur de l'accord, lundi, 202 
personnes, majoritairement originaires du Pakistan, ont été 
renvoyées par la Grèce, selon des données gouvernementales 
grecques. 
    Des migrants présents sur la côte turque continuent 
cependant de tenter leur chance.  
    Mercredi à l'aube, la garde-côte turque a intercepté 
plusieurs groupes qui venaient de prendre la mer, dont une 
quarantaine d'Irakiens, rapporte un journaliste de Reuters. Ils 
ont été acheminés par la suite par car vers Dikili, où un centre 
d'accueil a été mis en place dans le port pour prendre en charge 
les migrants renvoyés par la Grèce. 
    "La Grèce ne veut pas nous accueillir. La Turquie ne nous 
donne pas d'autorisation. Où devons-nous aller ? Nous noyer en 
mer avec nos enfants, c'est ça ?", a déclaré un Irakien, 
refusant de donner son nom. 
    En visite officielle en Finlande, le Premier ministre turc, 
Ahmet Davutoglu, a vu dans la baisse des arrivées sur les îles 
grecques le signe que l'accord négocié avec les Européens 
fonctionne. 
    Ces deux derniers jours, a-t-il dit, 350 demandeurs d'asile 
ont atteint le territoire grec depuis la Turquie. 
 
 (Lefteris Papadimas avec Mehmet Emin Caliskan à Dikili, Orhan 
Coskun à Ankara et Tuomas Forsell à Helsinki; Henri-Pierre André 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant