Les armureries prises d'assaut après les attaques terroristes

le , mis à jour le
1
Une série de gilets pare-balles, photo d'illustration.
Une série de gilets pare-balles, photo d'illustration.

Depuis samedi, Yves Gollety, patron d'une armurerie parisienne, est débordé. « Les gens ont peur et veulent s'acheter une arme pour se défendre », explique le président de la Chambre syndicale des armuriers européens sur le site de 20minutes. « D'habitude, on n'a que des chasseurs. Là, c'est Monsieur Tout-le-Monde, des gens comme vous et moi qui ont vu les images des attentats de vendredi et veulent savoir comment s'acheter une arme de poing », confirme la patronne d'une autre armurerie de la capitale.

« Un gilet pare-balles pour prendre le métro »

S'il est impossible en France de se procurer une arme en France sans un permis spécifique, les Français peuvent en revanche s'équiper de gilets pare-balles : « Quelqu'un voulait s'acheter un gilet pare-balles pour prendre le métro », rapporte ainsi Yves Gollety qui a tenté de raisonner son client en lui expliquant qu'il ressemblerait à un terroriste. La demande d'armes d'autodéfense légales, comme les bombes lacrymogènes, explose également.

Les vendeurs se défendent de ne pas « profiter » de la psychose et estiment que le phénomène ne sera que passager. « Pendant quinze jours, on va vendre des bombes lacrymo. (...) Mais c'est tout », explique l'un d'eux. Si les particuliers cherchent à se protéger, i>Télé a, dès samedi, équipé ses journalistes de gilets pare-balles. Sur Twitter, plusieurs photos ont montré les reporters, protégés de gilets pare-balles...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le jeudi 19 nov 2015 à 07:02

    Sachez quand même pour l'avoir souvent constater que le" reste du monde" arrivé chez nous est déjà armé !