Les architectes s'appauvrissent de plus en plus

le
3

Les commandes sont en baisse, aussi bien en marché public que privé. Dans la profession, 75% des architectes n’atteignent pas le revenu moyen des architectes.

La polémique née de l’appel à projets innovants «Réinventer Paris» révèle les difficultés rencontrées aujourd’hui par les architectes, une profession paupérisée par la crise et inquiète pour son avenir. En 2013, un architecte sur quatre était en «grande difficulté économique» avec des revenus mensuels à peine supérieurs à 500 euros, révélait l’étude Archigraphie, publiée par le Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa) il y a un an. Et 75% d’entre eux n’atteignaient pas le revenu moyen des architectes, soit 3.779 euros.

«La profession se trouve dans une situation économique extrêmement difficile: la commande et les taux d’honoraires ont beaucoup baissé, aussi bien en marché public qu’en marché privé», constate la présidente du Cnoa, Catherine Jacquot. «Après six ans d’études, nos jeunes diplômés sont contraints de se mettre en autoentrepreneurs avec des honoraires très bas, parce que les agences n’arrivent pas à les embaucher comme salariés», dit-elle à l’AFP.

«Ceux qui ont perdu de l’argent ne veulent pas parler. C’est très mal vu de dire qu’on est en difficulté: plus personne ne prend le risque de travailler avec vous», dit-il à l’AFP. De son côté, la municipalité parisienne estime que les architectes ont pu «définir avec les promoteurs les modalités de leur rémunération». «Mais excepté quelques agences, la plupart des architectes n’ont pas les moyens de refuser un travail!», rétorque Mme Jacquot. «Avec la crise, le rapport de forces leur est très défavorable».

«Réinventer la Seine» sera lancé en mars

Pour la présidente du Cnoa, «on est en train d’asphyxier cette profession, au moment où les agences doivent investir dans la recherche, développer de nouvelles façons de travailler dans le cadre de la transition écologique et numérique». Lauréat de «Réinventer Paris» avec son projet Stream Building sur le site de Clichy-Batignolles - pour lequel il a été rémunéré par la foncière Eurosic -, l’architecte Philippe Chiambaretta estime à l’inverse qu’il «ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain».

Pour lui, Réinventer Paris «a obligé les gens à rentrer dans une démarche innovante: il y aura un avant et un après», dit-il à l’AFP. «L’intérêt intellectuel du programme a été considérable, l’investisseur nous a donné carte blanche pour concevoir l’architecture, définir le programme, son modèle économique, les exploitants partenaires». «J’ai un seul reproche: la longueur de la consultation», dit M. Chiambaretta, car les projets, souvent des réhabilitations complexes de bâtiments, ont nécessité un «niveau de travail considérable».

Au sein de son agence PCA, le projet a occupé une personne à temps plein pendant huit mois, et «quatre à cinq sur les deux derniers mois», soit un coût de 100.000 euros hors taxes. A l’ordre des architectes, on redoute de voir d’autres grandes métropoles emboîter le pas à la capitale, alors que «Réinventer la Seine» sera lancé en mars, associant Paris, Rouen et Le Havre pour réaménager les berges du fleuve. «Nous proposons à la Ville de Paris de travailler avec eux pour mettre en place un guide de bonnes pratiques. Les promoteurs n’y trouveront rien à redire», estime sa présidente. Les architectes espèrent aussi que le projet de loi Création, architecture, patrimoine débattu cette semaine au Sénat, améliorera la qualité de «l’architecture du quotidien».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • er3dw il y a 10 mois

    basé sur quoi? le scandaleux et mensonger revenu fiscal de référence qui vous compte comme revenu la CSG, les impôts mais 'inclus pas les avantages sociaux etc. arrêtons ces chiffres bidon

  • jmlhomme il y a 10 mois

    Tout le monde s'appauvrit. La France s'appauvrit. Et ce n'est pas finit car aujourd'hui s'il n'y avait pas des lois pour proteger cette profession ( passage obligé pour les residences de plus de 300 m2 ) il n'y aurait plus que 20 % des architectes. Prendre 10 % sur une realisation est énorme. Les logiciels d'aujourd'hui peuvent remplacer les capacités d'un architecte. Seules leurs capacités créatrices les justifient parfois......

  • calippe3 il y a 10 mois

    s'appauvrissent mais comme tout le monde sauf les très très très gros