Les Arabes israéliens veulent créer la surprise

le
0
Les Arabes israéliens veulent créer la surprise
Les Arabes israéliens veulent créer la surprise

Jérusalem (Israël) De notre correspondant

Une folie de plusieurs centaines de personnes est réunie sur une place de Nazareth (nord d'Israël), samedi. Slogans, banderoles et discours... Tout s'écrit et se dit en arabe, non en hébreu comme dans les innombrables meetings qui ont jalonné les législatives, prévues aujourd'hui en Israël. Un à un, les principaux leadeurs prennent le micro pour convaincre les derniers électeurs. Nazareth n'a pas été choisi au hasard pour cette dernière réunion publique qui réunit les responsables de la liste arabe unifiée, une première historique : il s'agit de la plus grande ville peuplée de ces Palestiniens intégrés à l'Etat d'Israël après 1948. Ils représentent aujourd'hui 20 % de la population d'Israël (1,6 million de citoyens, dont 800 000 votants).

« C'est un moment historique pour les partis arabes », exulte Yousef Jabareen, directeur d'une organisation de défense des droits de l'homme et candidat pour cette coalition de quatre partis arabes -- communistes, islamistes et nationalistes -- jusque-là rivaux. Cette réunification des forces arabes pourrait créer la surprise. Certains sondages leur accordent jusqu'à quinze sièges sur 120 à la Knesset (ils détiennent actuellement huit sièges, mais en ordre dispersé), en faisant la troisième force politique du pays. « C'est notre objectif, confirme Yousef Jabareen, on sent un enthousiasme des électeurs arabes pour notre liste. Nous voulons que notre communauté soit enfin représentée et reconnue. »

Reste à savoir quel sera le taux de participation des Arabes d'Israël, qui déterminera le score de la liste conduite par Ayman Odeh, sémillant avocat de 40 ans. Moins de la moitié de cette communauté glisse en général un bulletin dans l'urne. A la faveur de la dynamique suscitée par la coalition, ils pourraient être cette fois plus de 60 % à se déplacer. Coordinateur au sein d'une association de jeunes, domicilié ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant