Les appels de femmes au 115 explosent

le
0
Les appels de femmes au 115 explosent
Les appels de femmes au 115 explosent

Le nombre d'appels au 115* a augmenté de 5 % au mois de janvier. D'après le baromètre de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), réalisé dans 37 départements et que nous dévoilons ce matin, cette hausse ne marque pas une augmentation du nombre de demandeurs... mais la répétition de leurs appels. « Les trois quarts des appelants au 115 sont déjà connus. Ils sont pris en charge quelques nuits puis retournent à la rue, commente Florent Gueguen, directeur général de la Fnars. Ils ne sortent jamais de l'exclusion. » Ce baromètre mensuel marque une légère « tendance à l'amélioration », alors que le gouvernement a annoncé avoir créé ou pérennisé 7 033 places d'hébergement d'urgence.

En janvier, 42 % des demandes ont débouché sur l'attribution de places, contre 39 % le mois précédent. « Mais le taux de non-réponse reste très élevé, alors même que des places supplémentaires ont été ouvertes. La demande augmente plus vite que l'offre », s'inquiète Florent Gueguen.

Dans le détail, ce sont les familles qui sont toujours aussi nombreuses à décrocher le téléphone : elles représentent près d'un appel sur deux. Majoritairement orientées vers l'hôtel, ce sont aussi elles qui essuient le plus de refus. Mais le changement le plus frappant vient du nombre de femmes isolées ayant recours à ce numéro d'urgence : leurs demandes ont augmenté de 11 % le mois dernier, et même de 24 % à Paris la nuit.

Sur le terrain, comme devant les distributions de repas des Restos du coeur, les bénévoles remarquent chaque mois un nombre plus important de femmes dans les longues files d'attente. « Je le vois depuis deux ans mais c'est encore plus fort cette année. Elles sont surtout jeunes, sans emploi. Et c'est souvent leur compagnon qui les a mises dehors », observe Alain Lemetter responsable des Restos du coeur dans l'Orne.

« Il manque surtout de places pour les femmes seules, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant