Les appareils connectés façonnent la santé de demain

le
0
Les appareils connectés façonnent la santé de demain
Les appareils connectés façonnent la santé de demain

La popularité grandissante des "wearables", ces appareils de suivi de santé et de forme allant du bracelet connecté au pèse-personne intelligent en passant par les applications dédiées au bien-être à utiliser sur son smartphone, sont amenés à rendre les consommateurs plus actifs par rapport à leur bien-être et joueront un rôle important dans l’avenir de la santé.Une étude menée par Parks Associates suggère que 30% des foyers américains (munis de connexions haut débit) possèdent déjà un appareil de santé connecté et que d’ici 2016, plus de 32 millions d’Américains suivront activement leur santé et leur forme au quotidien, soit en ligne soit grâce à un appareil de suivi.

En parallèle, l’utilisation de "wearables" dans le domaine médical, pour suivre son rythme cardiaque ou sa tension, est aussi en progression, précise Harry Wang de Parks Associates. Dans l’édition du mois de mai du magazine Digital Health News, il déclare: "les tendances en matière de design des wearables dans le domaine médical s’inscrivent dans la lignée du secteur du fitness. Ils deviennent plus discrets, leur design est plus axé vers l’utilisateur et ils affichent des fonctions extrêmement intégrées."

De la même manière que les consommateurs ont abordé l’iPad avec confiance plutôt qu’avec inquiétude - ils savaient déjà l’utiliser, car son fonctionnement est similaire à celui de leur iPhone - ils se familiarisent de plus en plus avec des gadgets et leurs applis pour suivre leur forme, ce qui simplifiera grandement la transition vers l’adoption d’appareils médicaux connectés.

Harry Wang pense même que cette tendance pourrait aussi entraîner les fabricants d’appareils à usage clinique à proposer des équivalents en vente libre pour tous les consommateurs. Mais dans tous les cas, un obstacle de taille devra être franchi : l’implication du consommateur.

En juillet dernier, un sondage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant