Les antirétroviraux testés en prévention du sida

le
0
Un essai français conduit auprès de 300 homosexuels va vérifier si la prise de ces médicaments, prescrits pour soigner les malades, peut protéger les séronégatifs

Est-il utile de prendre un traitement antirétroviral avant et après des rapports sexuels pour se protéger d'une éventuelle contamination par le virus du sida? C'est tout l'enjeu d'un nouvel essai français destiné aux hommes homosexuels non contaminés (séronégatifs), une population particulièrement à risque.

La communauté médicale utilise déjà depuis 1996 les antirétroviraux (ARV) pour soigner les personnes contaminées. Ces médicaments sont aussi utilisés pour éviter la transmission du virus de la mère à l'enfant et comme traitement d'urgence après un rapport non protégé à risque. Des essais récents ont aussi montré que la prise régulière d'ARV par un malade réduisait fortement le risque de contagion à un partenaire sain.

L'essai Ipergay, présenté par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) mercredi, va explorer un nouvel usage de ces traitements: la protection des séronégatifs. Il regroupera 300 volontaires: la moitié recevra un placebo et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant