Les anti-Morsi fourbissent leurs armes

le
0
Un an après l'élection du président égyptien, l'opposition se mobilise pour exiger son départ et dénoncer la «dérive autoritaire» des Frères musulmans, laissant craindre un regain de violence.

Ses yeux crépitent, entre colère et espoir. Sur sa table de camping plantée depuis trois jours au c½ur de la place Tahrir, les pétitions de «Tamarod» s'empilent au fil des heures. À 40 ans, Mohammad Farouk travaille dans une usine de textile. Il est surtout volontaire de la «Rébellion» (c'est la traduction littérale du mot), une campagne réclamant le départ du président Morsi et qui appelle à manifester pacifiquement devant le palais de Héliopolis ce dimanche 30 juin. La date est aussi symbolique que risquée: elle coïncide avec l'anniversaire de son investiture, mais pourrait bien faire basculer le pays dans une nouvelle spirale de violence. «Nous avons déjà rassemblé 15 millions de signatures dans toute l'Égypte!», se flatte Mohammad Farouk - soit 1,5 million de pl...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant