Les anti-cahiers de vacances se rebiffent

le
0
Si le marché se porte bien, cette tendance à l'occupation permanente des enfants ne fait pas l'unanimité.

En dépit de leur succès, qui ne connaît pas la crise, les cahiers de vacances divisent. Les représentants des parents d'élèves et des enseignants les jugent même carrément superflus. Pour Valérie Marty, présidente de la Peep (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), «il existe toujours des solutions alternatives. La crainte des parents que leurs enfants oublient ce qu'ils ont appris est compréhensible mais il y a d'autres manières de réviser, comme les jeux de société.» Le Scrabble ou le Monopoly, en plus d'être conviviaux, habituent l'enfant à compter et à lire tout en s'amusant, rappelle-t-elle. Martine Le Pennec, cadre et mère de deux jeunes enfants, est très critique: «Certains cahiers sont tellement ludiques qu'ils en sont ridicules, quand d'autres sont hors programme. Les vacances sont faites pour se détendre et profiter de sa famille, à moins d'être mauvais élève. Le cahier, c'est surtout un moyen de faire dépenser une petite fo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant