Les annonces du gouvernement sur la réforme des retraites

le
2

Une réforme efficace des retraites s'impose comme l'un des enjeux principaux en France, depuis de nombreuses années. Le point sur les différentes annonces du gouvernement.

Un calendrier de négociation

La question des retraites est essentielle en France. C'est pourquoi chaque réforme est un choix délicat. Après une conférence sociale organisée en juin, avec le gouvernement et les partenaires sociaux, des discussions entre patronat et syndicats durant cet été, le gouvernement a finalement livré ses différentes mesures en vue de réformer la retraite.

Elles ont été communiquées en ce début septembre et visent à garantir un financement à court terme des pensions, mais aussi à préserver la justice en protégeant les salariés les plus fragilisés.

Âge de départ et cotisations

L'âge légal de départ en retraite était un point clé, en particulier pour les personnes ayant démarré leur carrière tôt. Or il a été maintenu à 62 ans. Néanmoins, la réforme prévoit bel et bien un allongement de la durée de cotisations dans les prochaines années. Elle atteindra 43 années en 2035, contre 41,5 ans à ce jour. Selon le premier ministre, cette hausse correspond à « un trimestre tous les trois ans ».

Pour l'heure, les cotisations salariales et patronales devraient augmenter de 0,15 point en 2014.

Compte pénibilité

La grande nouveauté de la réforme des retraites est le « compte pénibilité », dont la création est prévue d'ici à 2015. Ce compte constituera une épargne, payée par toutes les entreprises.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Urfee le lundi 25 nov 2013 à 19:56

    Combien d'emplois ont crées François Hollandouille et Jean-Marc Blaireau dans toute leur carrière d'ANE pour l'un et de PROF pour l'autre ? Combien de fois dans leur vie ils ont su ce que c'était de travailler pour payer des charges sociales ? Combien de fois ?

  • GuyAOC le lundi 25 nov 2013 à 18:13

    Encore du clientélisme . . . les salariés du privé ne sont pas défendus par les syndicats, qui défendent les 8 % des salariés des régimes spéciaux . . . les autres doivent passer à la caisse, au nom de la justice sociale, de l'égalité, de l'esprit républicain !!!