Les années Boca du nouveau président argentin

le
0
Les années Boca du nouveau président argentin
Les années Boca du nouveau président argentin

Pendant douze ans (1995-2007), Maurico Macri a présidé avec succès Boca Juniors. À partir du 10 décembre, il s'installera sur le trône de Cristina Kirchner à la Casa Rosada – l'Élysée argentin –, et deviendra président de la République argentine. Retour sur les années football de celui qui a gagné 17 titres à la tête des Xeneizes.

Imaginez Jean-Michel Aulas ou Louis Nicollin à la tête du pays. Une aura, un carnet d'adresses fourni, une réussite entrepreneuriale, une énorme notoriété, des titres. Bref, le portrait-robot d'un bon président. Cependant, si Lyonnais et Montpelliérains n'auront jamais l'honneur de voir leur président à la tête de la République française, les fans de Boca Juniors peuvent eux se vanter de bien connaître le successeur de Cristina Kirchner à la tête de l'Argentine. Dimanche, Mauricio Macri a été élu président avec 51,4% des suffrages contre 48,6% pour le péroniste Daniel Scioli. Ingénieur de formation, le nouveau pensionnaire de la Casa Rosada a promis "une pauvreté zéro, la guerre contre le narcotrafic et l'union de tous les Argentins". Avant sa reconversion politique, ce dernier gagnait dix-sept titres avec Boca Juniors, s'embrouillait avec Riquelme, Maradona ou encore Carlos Bianchi, et multipliait les tacles à l'ennemi de River Plate. Retour sur les années Boca du nouveau président de la République argentine.

Des polémiques, des embrouilles, mais des titres


Si football et politique ne font souvent qu'un en Argentine, l'élection au second tour des présidentielles de Maurico Macri marque le début d'une nouvelle ère. Fan absolu de Boca, Macri est plus connu pour sa gestion historique à la tête de l'un des clubs les plus populaires du monde que pour son charisme et son influence en tant que personnage politique. Sous son mandat, Boca a remporté dix-sept titres, dont onze internationaux. À la tête des Jaune et Bleu, Macri n'a pas toujours fait l'unanimité. Il a d'abord créé un fonds d'investissement plutôt opaque. De nombreux joueurs médiocres achetés par le groupe signaient à Boca. Aussi, ses choix d'entraîneurs ont longtemps été infructueux : avant de jouer à "je t'aime moi non plus" avec Carlos Bianchi, Macri a multiplié les nominations d'entraîneurs sans succès (Bilardo et Héctor Veira par exemple). Outre ces couacs, l'ère Macri est marquée par une relation compliquée avec certaines idoles du club : Maradona et Bianchi ont juré qu'ils s'éloigneraient du club tant que Macri ferait partie de l'organigramme de Boca. Non content de s'embrouiller avec deux des hommes les plus appréciés des hinchas de Boca, le nouveau président de la République argentine s'est…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant