Les Anglais perdent mais restent séduisants

le
0
Les Anglais perdent mais restent séduisants
Les Anglais perdent mais restent séduisants

Trois jours après leur victoire en Allemagne, les Anglais s'inclinent chez eux contre les Pays-bas (1-2) à Wembley. Mais en confirmant dans le jeu qu'il faudra peut-être compter sur eux à l'Euro.

Angleterre 1 – 2 Pays-Bas

Buts : Vardy (41e) pour les Three Lions // Janssen (50e sp) et Narsingh (77e) pour les Bataves

Après sa victoire de prestige en Allemagne, la sélection anglaise s'est vu de suite grimper dans la hiérarchie des favoris du prochain Euro. Dans le Royaume, forcément, où l'attente est démesurée depuis la coupe du Monde 1966, mais aussi un peu partout, à la vue du potentiel de l'équipe sur le papier. Pour de nombreux observateurs, l'Angleterre, comme la France, a beau être une formation friable derrière et impressionne par la diversité et la qualité de ses armes offensives. L'impression s'est confirmée contre les Pays-bas, où malgré le score, les Britanniques ont de nouveau fait très bonne impression malgré un important remaniement. Reste qu'au final ils se sont quand même inclinés face à une formation batave qui prouve que ce n'est pas un scandale si elle n'est pas à l'Euro.

Chef d'oeuvre collectif pour les Anglais


Pour ce deuxième match, Roy Hodgson a donc fait tourner. Les "héros de Berlin" prennent presque tous place sur le banc (Cahill, Dier, Clyne, Alli, Henderson, Welbeck et Harry Kane). Mais ça n'empêche pas le sélectionneur anglais de proposer un onze plutôt sexy. Un 4-4-2 en ligne avec un milieu composé de Drinkwater en caution défensive ainsi que Lallana, Milner et Barkley. Surtout, Jamie Vardy est confirmé devant après son entrée tonitruante, avec Daniel Sturridge à ses côtés. En face, les Pays-Bas font également tourner, de quoi confirmer que le réservoir batave n'est vraiment pas en verve : Ibrahim Affelay est titulaire dans l'entrejeu tout comme Memphis Depay sur un côté. Reste le jeune Vincent Janssen, qui casse la baraque en Eredivisie, aligné en pointe. En première période, s'il n'y a pas beaucoup d'occasions, on voit surtout Danny Rose monter énormément dans son couloir gauche. Barkley envoie une frappe à côté avant un bijou à la 40e. Une action collective digne de l'action terminée par Van der Wiel contre Angers avec le PSG. Milner centre de la gauche Sturridge feinte à l'entrée de la surface et laisse passer entre ses jambes pour Lallana. Le joueur de Liverpool casse de reins avec sa feinte de frappe pour mieux glisser à Kyle Walker, monté dans son couloir, qui remet devant le but à Vardy qui conclut sous la barre. C'est limpide et ça…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant