Les Anglais de Paris

le
0
Les Anglais de Paris
Les Anglais de Paris

Chelsea et ses fans débarquent dans la capitale via l'Eurostar et la gare du Nord. Avant eux, le PSG a toujours entretenu une relation privilégiée avec les sujets de Sa Majesté. Du jardin aux tribunes en passant par l'ambiance musicale, le PSG a un zeste d'ADN anglais dans son corps.

  • France – Angleterre 1984, l'épiphanie.
    Tous les experts s'accordent sur ce point : le match entre la France et l'Angleterre disputé au Parc des Princes en 1984 est la première démonstration violente et organisée du hooliganisme français. Ce soir-là, près de 200 Parisiens - beaucoup d'habitués de la tribune Boulogne et du PSG – sont dans la rue et osent se mesurer aux Anglais. C'est un peu l'élève qui s'étalonne face au maître. C'est simple, on se fout sur la gueule avant, pendant et après le match, jusqu'aux abords de la Maison de la radio. Au coup de sifflet final, les hools de Paname sont loin d'avoir été ridicules et dans ce milieu où la réputation fait parfois aussi mal que les coups, c'est une révélation pour la scène hooligan de Paris et donc du PSG.


  • Ray Wilkins, le divin chauve
    Pour le coup, Ray Wilkins connaît parfaitement Chelsea et le PSG. Il est l'un des rares joueurs à avoir porté les deux tuniques (Blues de 1973 à 1979, Parisien en 1987). Milieu de terrain international à de nombreuses reprises, le garçon débarque dans la capitale à la fin des années 80 en provenance de l'AC Milan. Comme beaucoup de divin chauve, ses cheveux ont vite disparu de son crâne mais son abattage et son expérience compensent parfaitement ce détail esthétique, surtout pour le Président Borelli pourtant adepte du "beau joueur ". Entre Wilkins et le PSG, la greffe ne prendra jamais. 4 mois, des bouts de match et un sentiment de gâchis plus tard, voilà l'ancien Blues qui prend la route des Glasgow Rangers.

  • David Beckham, Paris-Brest
    Qui aurait pensé un jour que David Beckham jouerait son dernier match professionnel au Parc des Princes sous le maillot du PSG ? C'est pourtant le scénario incroyable de ce PSG-Brest de 2013 où un PSG déjà champion reçoit les Bretons avec un Beckham capitaine d'un soir. Le Spice Boy va s'arrêter sur ça. Quittant la pelouse en pleurs sous une standing ovation et une poignée de main de Tripy Makonda. QSI voulait une figure de proue médiatique...








  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant