Les Anglais au courage, les Turcs en rodage

le
0
Les Anglais au courage, les Turcs en rodage
Les Anglais au courage, les Turcs en rodage

Dans le premier match de préparation à l'Euro 2016 de ce mois de mai, Anglais et Turcs ont réalisé une performance agréable, avec tout de même beaucoup d'éléments dans le jeu qui méritent des réglages. Au final, les Anglais l'emportent au courage et à l'envie. De bon augure avant la compétition, la vraie.

Angleterre 2-1 Turquie

Buts : Kane (3e) et Vardy (83e) pour les Three Lions // Calhanoglu (83e)pour les Turcs

Des buts rapidement marqués, des latéraux très offensifs, des coups de pied arrêtés pour forcer la décision et un jeu du chat et de la souris entre arbitres et sélectionneurs. Pour faire le point sur ce que l'Euro 2016 va réserver à la France, rien ne vaut les matches de préparation. Si cela ressemblera à cet Angleterre-Turquie, il y aura de quoi se régaler. Même si les deux équipes étaient assez nettement en rodage, qui plus est par l'absence de quelques joueurs de marque à cause des matches restants à jouer en club, le jeu a été courageux et pas frileux.

Fury road


L'entame de match en particulier dévoile des promesses d'un Euro du tout à l'attaque. Dès les premières secondes, le jeu file à toute vitesse, avec un pressing poussé. En fait, ce sont les défenses qui ne sont pas encore dans leur match, tandis que les attaquants veulent se montrer sous leur meilleur jour. Les Anglais, à ce jeu-là, sont les plus prompts. Kane manque la première passe plein axe à son attention. La deuxième, deux minutes plus tard, est la bonne pour ouvrir le score sans forcer. La Turquie a des ressources et pose des problèmes de relance à son tour aux hommes de Roy Hodgson. Il faut tout de même une ouverture parfaite de Ozyakup dans le dos de Rose – dans une performance à la Patrice Evra, offensive et risquée – pour Sen. La sortie de Hart est trop tendre. Sen pique sa balle vers Calhanoglu, qui attend au centre pour conclure.

Bolides crevés


Si le rythme du match se ralentit après cette égalisation, c'est en partie parce que l'Angleterre est en panne d'idées offensives. Alors Harry Kane se décentre, tout comme Sterling à l'occasion, et le jeu des Three Lions retrouve un minimum d'allant sur quelques intermèdes. Sans succès pour autant. Le gardien turc passe une fin d'après-midi assez sobre, sans trop d'arrêts à accomplir – tout comme Joe Hart, même s'il respire moins bien quand les coups de pied arrêtés vicieux de Calhanoglu passent devant sa cage. Il manque un second…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant