Les Anglais appellent la famille royale à payer la rénovation de ses palais

le
0

Alors que se prépare la rénovation de Buckingham Palace qui coûtera 430 millions d’euros, une pétition à succès appelle la famille royale à financer elle-même ces travaux.

Dans un accès de bon sens populaire, nos voisins britanniques viennent de se dire qu’il serait grand temps que la famille royale participe plus activement au financement des rénovations de ses palais. Il faut dire que la facture des travaux prévus à Buckingham Palace a un peu de mal à passer, outre-Manche. Pas moins de 369 millions de livres, soit 430 millions d’euros, seront nécessaires pour remettre à niveau pendant dix ans toute l’électricité, la tuyauterie et la structure du palais. En période de crise du logement et lorsque les caisses de l’État sont vides, c’est la facture de trop.

C’est pourquoi un certain Mark Johnson a lancé cette pétition en ligne «Faites payer la famille royale pour la rénovation du Palais». Depuis son démarrage ce vendredi, elle a déjà dépassé les 130.000 signatures. Mais comme le pointe le site The Independent, ce texte qui appelle le Crown Estate (l’organisme gérant les possessions royales) à financer les travaux se trompe d’objectif puisque c’est déjà cette structure qui les finance en réalité.

25% des revenus royaux

Toute la question est de savoir quelle est la part d’argent public qui sera injectée dans ces travaux. Le budget royal global, la «Dotation souveraine» (Sovereign support grant), bénéficie actuellement de 15% des revenus du Crown Estate. Cette entité possède en effet de très nombreux biens immobiliers ainsi que des investissements financiers mais il faut rappeler que tous ces biens ne sont pas propriété personnelle de la Reine et ne peuvent être vendus.

En vue du gros chantier de Buckingham, les autorités ont recommandé que ce soit désormais 25% des revenus du Crown Estate qui soit réinjectés dans cette Dotation souveraine. Une hausse de 66% qui correspond exactement aux 66% de hausse du budget global nécessaire à financer les travaux. Au final, la situation n’a pas réellement évolué et la seule question qui se pose encore et toujours consiste à savoir si la Grande-Bretagne dispose encore des moyens d’entretenir les fastes de la monarchie.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant