Les amis de DSK croient dans le soutien de la gauche 

le
0
Les proches du directeur du FMI estiment qu'en 2012, le rejet de Nicolas Sarkozy suffira à rassembler la gauche derrière leur champion.

Personne n'est dupe des arrière-pensées dans la polémique. En cherchant un soutien implicite de Dominique Strauss-Kahn, l'UMP entend écorner l'image du favori des sondages pour 2012. À apparaître trop à droite, l'ancien ministre pourrait bien perdre ses soutiens à gauche. «Si la droite cherche à récupérer DSK, c'est moins pour avoir son soutien à la réforme des retraites que pour dévitaliser un possible candidat», assure la députée Marisol Touraine, l'une de ses partisans.

Dominique Strauss-Kahn n'ayant pas, en sa qualité de directeur général du FMI, le droit de s'exprimer sur la politique française, il est en réalité assez compliqué de savoir ce qu'il pense au fond de lui-même. Seule indication : le positionnement de ses proches. Or ceux-ci promettent désormais le retour aux 60 ans en cas de victoire de la gauche en 2012. Cela ne vaut pas engagement pour DSK. Mais presque. Ils murmurent aussi l'importance de tenir un discours «réaliste» : ce qui veut di

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant