Les ambitions municipales du Front national

le
0
Forte de ses résultats aux dernières législatives, Marine Le Pen table sur des gains de villes en 2014.

Aux municipales de 2014, l'UMP revivra-t-elle le traumatisme de Dreux en 1983? À l'époque, le Front national avait atteint 16,7 % au premier tour d'une municipale dans cette ville d'Eure-et-Loir. La liste RPR accepta de fusionner avec la liste FN entre les deux tours et l'emporta, suscitant une vive polémique. Le «coup de tonnerre de Dreux» a marqué le début de l'essor du FN et le commencement des ennuis pour le RPR et l'UDF.

Aujourd'hui, Marine Le Pen - qui a obtenu 17,9 % à la présidentielle, soit 6.421.426 voix - l'affirme d'un ton martial: «Nous aurons des maires en 2014, et des centaines et des centaines de conseillers municipaux.» La patronne de l'extrême droite veut croire que, aux municipales, son parti réussira à se doter de l'enracinement local qui lui a toujours fait défaut.

En France, emporter des mairies, c'est acquérir la légitimité qui permet ensuite d'élargir son électorat et de viser un mandat de député. «Il ne sert à rien de faire 17 % à l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant