Les «ambassadrices de la laïcité», un pari

le
0
REPORTAGE - Lancé en grandes pompes en octobre dernier par feu-le ministère de l'Immigration, le dispositif vise à faire de la pédagogie auprès des femmes intégralement voilées, avant la mise en oeuvre de la loi, le 11 avril. Un travail de fourmi difficile à appréhender.

«Pas plus tard que la semaine dernière, on m'a comparée à Kadhafi, en disant ensuite qu'il fallait le tuer». Pas paniquée pour un sou, la présidente du collectif Ni putes ni soumises (NPNS) de Meaux, Rachida Benahmed, convient toutefois qu'elle paye un peu cher sa fonction d'«ambassadrice de l'égalité et de la laïcité»: «Je suis régulièrement menacée, on lance des fatwas [avis juridique islamique, ndlr] contre moi, j'ai même été molestée une fois» raconte-t-elle, imperturbable dans son sourire. Mais pas question de laisser faire «les intégristes» qui essaiment dans son quartier. Rien ne lui fera abandonner son combat pour la laïcité.

Avec une quinzaine d'autres «ambassadrices», des femmes de banlieue parisienne et de villes de province, Rachida Benhamed était donc chargée d'assurer les six mois de pédagogie réclamés par le législateur, avant que la loi sur la burqa * n'entre en vigueur, le 11 avril prochain. Cette mission a été lancée par le ministü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant