Les allocations familiales modulées en fonction des revenus

le
21
LES ALLOCATIONS FAMILIALES SERONT MODULÉES EN FONCTION DES REVENUS
LES ALLOCATIONS FAMILIALES SERONT MODULÉES EN FONCTION DES REVENUS

PARIS (Reuters) - Les allocations familiales seront modulées en fonction des revenus à partir du 1er juillet 2015, a annoncé jeudi la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine.

Cette modification au projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015 a été obtenue par les députés socialistes, en accord avec le gouvernement. Elle concernera 12% des familles, a précisé Marisol Touraine lors d'une conférence de presse.

A partir de 6.000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants, les allocations familiales seront réduites de moitié. A partir de 8.000 euros, elles seront divisées par quatre, ces seuils étant augmentés de 500 euros par enfant.

"C'est une réforme de justice parce qu'elle préserve le caractère universel de la politique familiale", a dit Marisol Touraine. "C'est une réforme de progrès, c'est une réforme de justice, c'est une réforme de gauche."

Elle a parallèlement annoncé l'abandon du projet initial de diminution de la prime à la naissance à partir du deuxième enfant et de report de l'âge de la majoration des allocations de 14 à 16 ans.

Elle a assuré que l'ensemble des mesures désormais prévues gardait inchangé le cadrage financier envisagé dans le projet de budget initial.

Le gouvernement avait annoncé initialement 700 millions d'euros d'économies sur la politique familiale en 2015.

Le congé parental sera mieux partagé entre les deux parents, a par ailleurs annoncé Marisol Touraine, précisant qu'à partir du deuxième enfant, deux années pourront être prises par un parent et une année par l'autre.

Les aides à la garde d'enfant ne seront quant à elles pas modifiées.

Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, s'est félicité de l'accord intervenu avec le gouvernement.

"C'est la réparation d'une inégalité de notre politique familiale", déclare-t-il dans un communiqué, en rappelant qu'à l'origine, l'universalité des allocations familiales "avait été conçue pour permettre aux familles modestes d'avoir la même protection que les familles favorisées".

"Cette réforme, plébiscitée par une très forte majorité de Français, est beaucoup plus équitable que les mesures d'économies initialement prévues", ajoute-t-il.

"Elle préservera une grande majorité de familles et permettra de maintenir à 14 ans la majoration des allocations, l'intégralité de la prime à la naissance et les aides à la garde d'enfant."

Un amendement traduisant cet accord entre le groupe PS et le gouvernement sera déposé la semaine prochaine dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

(Jean-Baptiste Vey et Emile Picy, édité Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • l.badet- le vendredi 17 oct 2014 à 06:34

    Et allons donc! Un pas de plus vers le collectivisme! A quand l'attribution des avantages sociaux aux immigrés après une période de résidence légale disons de 5 ans? Ce serait une autre forme de justice : le modèle social à la française (qui a un sérieux coup dans l'aile) n'existe que parce que 3 générations de Français ont agi et payé pour le réaliser. Ca frainerait l'invasion du pays par les barbares.

  • M3366730 le jeudi 16 oct 2014 à 23:31

    Pourquoi ne s'occupent-ils pas avec autant de sérieux d'ajuster le % de cotisations retraite global payé entre les différents salariés par rapport à la retraite versé à savoir : 41% pour le secteur privé, 22% pour les fonctionnaires territoriaux et seulement 11% pour les fonctionnaires d'état ; il y a un sérieux recadrage à faire et des milliards en + à prélever sur les deux seconds régimes. Et je ne parle pas là de la situation ubuesque des régimes spéciaux......

  • dupon666 le jeudi 16 oct 2014 à 23:08

    ils auraient mieux fait de supprimer cette aumone totalement au dessus de 5000€ par mois

  • ref1929 le jeudi 16 oct 2014 à 22:19

    appauvrir les classes moyennes qui participent à la richesse nationale pour assister les mendiants du tiers monde est une erreur majeur pour l'equilibre identitaire de notre société, celui de nos finances et le modèle economique qui va en decouler.

  • titi18 le jeudi 16 oct 2014 à 22:04

    Grosses erreurs. C'est l'inverse qui aurait été préférable c'est à dire décourager les familles modestes à faire des enfants et plutot encourager les familles aisées. Le monde a changé, autrefois il fallait des guerriers pour aller au front. Aujourd'hui il faut gagner des parts de marché. Il est certain qu'à l'avenir qu'un grand nombre des gens peu qualifiés seront sur la touche après très peu de chance de vivre décemment pour eux et leurs enfants.

  • ref1929 le jeudi 16 oct 2014 à 22:03

    la mesure est pas forcement mauvais, mais c'est la composition des beneficiaires qui l'est.

  • larak le jeudi 16 oct 2014 à 22:00

    c'est de l'eugénisme inversé. On incite les plus pauvres à procréer, encore une ou deux générations et la France sera un pays de pauvres gouverné par des riches. Le but ultime de la gauche sans doute

  • ymatt le jeudi 16 oct 2014 à 21:54

    Excellente mesure, il était temps!

  • M2614138 le jeudi 16 oct 2014 à 21:31

    En Allemagne apres le 3 me enfant les allocations diminuent !

  • M2614138 le jeudi 16 oct 2014 à 21:28

    Nouveaux invites

Partenaires Taux