Les alliés sulfureux de Marine Le Pen au Parlement européen

le
0
Marine Le Pen, au côté de Geert Wilders, présente son groupe au Parlement européen.
Marine Le Pen, au côté de Geert Wilders, présente son groupe au Parlement européen.

Lors de l'annonce par Marine Le Pen, ce mardi matin, de la liste des eurodéputés membres de son groupe au Parlement, ce sont surtout des absences remarquées - son père, Jean-Marie Le Pen, ainsi que Bruno Gollnisch, l'un de ses derniers fidèles - qui ont fait parler. Mais qu'en est-il des 37 membres d'Europe des nations et des libertés, issus de 7 pays différents ? Peu connus, de facto, des citoyens français, certains ont un CV sulfureux.

Parmi les membres de cette nouvelle formation, trois eurodéputés du PVV néerlandais (le Parti pour la liberté) de Geert Wilders. Ses prises de position sur l'islam ont fait couler beaucoup d'encre. L'homme politique n'a pas hésité à qualifier le Coran de « Mein Kampf islamique », demandant l'interdiction du livre aux Pays-Bas, ainsi que l'arrêt de l'immigration en provenance des pays à majorité musulmane. Al-Qaïda a d'ailleurs lancé un appel au meurtre à l'encontre de celui qui fustige « l'idéologie fasciste » de l'islam.

  

« Qui ne saute pas est un immigré, hey ! »

Le groupe compte également cinq députés de la Ligue du Nord italienne. Son chef de file, Matteo Salvini, fait partie du groupe Europe des nations et des libertés ». Ce supporteur de 39 ans du Milan AC a été récemment épinglé pour avoir entonné un chant particulier : « Qui ne saute pas est un immigré, hey hey ! »

L'autre allié de Marine Le Pen, c'est le FPÖ, le Parti de la liberté...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant