Les alliés face au spectre de l'enlisement

le
0
INFOGRAPHIE - Malgré les frappes aériennes, la position des insurgés demeure précaire.

Au quatrième jour de l'opération «Aube de l'odyssée», la coalition internationale, condamnée par la résolution 1973 de l'ONU à n'user que de l'arme aérienne, redoute de se heurter bientôt à une impasse stratégique. Les Rafale du porte-avions Charles-de-Gaulle ont effectué mardi leur première mission, mais le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées, a reconnu que la situation était «extrêmement complexe» en raison de «l'imbrication» des forces en présence. Français, Britanniques et Canadiens ont dû renoncer à des frappes à cause de civils se trouvant dans les zones de combat. Côté américain, un avion de chasse F-15 s'est écrasé près de Benghazi après un problème mécanique. Le pilote a pu être récupéré.

Le président américain Barack Obama a confirmé mardi qu'il y avait déjà une «réduction significative» du nombre de vols d'avions américains au-dessus de la Libye. Les attaques de la coalition ont stoppé l'offensive

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant