Les alliés d'Assad préparent une offensive au sol en Syrie

le
2

(Actualisé avec détails des forces, citations) BEYROUTH, 1er octobre (Reuters) - Les frappes aériennes russes menées en Syrie depuis mercredi vont être prochainement suivies par une offensive au sol des forces pro-gouvernementales syriennes et de leurs alliés iraniens et du Hezbollah libanais dans le nord du pays, indiquent deux sources libanaises à Reuters. "Les frappes aériennes (russes) vont être accompagnées dans un avenir proche par une offensive terrestre de l'armée syrienne et de ses alliés", a dit une source au fait des initiatives politiques et militaires dans ce conflit. "Il est possible que les prochaines opérations terrestres se concentrent sur les régions d'Idlib et d'Hama", a-t-elle ajouté. Cette opération, précisent les deux sources, vise à récupérer les territoires perdus récemment par les troupes pro-Assad en particulier au profit de l'Armée de la conquête. Des centaines de soldats iraniens sont arrivés en Syrie il y a dix jours avec leurs armes pour se joindre à cette offensive. Les combattants du Hezbollah libanais, qui participent à la guerre aux côtés des forces défendant le régime de Bachar al Assad, se préparent eux aussi à cette grande opération terrestre, ajoute-t-on de même source. "L'avant-garde des forces terrestres iraniennes a commencé à arriver en Syrie: des soldats et des officiers pour participer spécifiquement à cette bataille". "Il n'y a pas de conseillers. Cela signifie des centaines (d'hommes) avec leurs équipements et leurs armes. Ils seront suivis par d'autres", a indiqué la seconde source. Jusqu'à présent, l'Iran a limité son soutien direct à Bachar al Assad à la fourniture de conseillers militaires et à la mobilisation de miliciens chiites, y compris irakiens et afghans. L'Armée de la conquête, qui regroupe plusieurs composantes de l'insurrection syrienne, dont le Front al Nosra (affilié à Al Qaïda), mais pas l'Etat islamique, s'est emparée cette année de la ville d'Idlib, et par la suite de Djisr al Choughour, infligeant des revers de taille au régime de Damas, cela non loin des régions méditerranéennes de la Syrie, qui sont un bastion de Bachar al Assad. (Laila Bassam; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le jeudi 1 oct 2015 à 16:55

    on n'entend plus moi je et fafa

  • M940878 le jeudi 1 oct 2015 à 15:34

    bien ça se présente mieux