Les Allemands recommencent enfin à faire des bébés

le
2
Les familles nombreuses restent l'exception. En 2013, 1 % des Allemandes ont donné naissance à leur 3e enfant.
Les familles nombreuses restent l'exception. En 2013, 1 % des Allemandes ont donné naissance à leur 3e enfant.

Les Allemands redécouvrent enfin les joies de la layette. L'an dernier, 682 069 enfants sont nés de l'autre côté du Rhin. Ce chiffre pour un pays de 80,8 millions de personnes peut paraître bien modeste par rapport à la France et ses 781 621 naissances pour une population de 65,54 millions d'habitants, mais il donne pourtant du baume au coeur à nos voisins. En effet, après plus de deux décennies de baisse, le taux de natalité recommence enfin à progresser en République fédérale.

En 2011, le nombre de bébés avait déjà augmenté pour la première fois en... 23 ans. Et les statistiques pour 2013 qui viennent d'être publiées confirment cette tendance. Avec 1,41 enfant par femme, ce chiffre progresse encore très lentement (1,40 en 2012). Près de la moitié des mères (49 %) ont eu l'an dernier leur tout premier enfant. 34 % leur deuxième et 11 % ont eu leur troisième bambin. Les familles nombreuses de plus de quatre enfants restent, elles, encore rares (6 % des naissances). Mais l'Allemagne peut déjà s'estimer heureuse d'avoir désamorcé la bombe démographique qui menace son économie.

Depuis les années 1970, le taux de fécondité enregistré chez notre voisin ne dépasse pas 1,4, alors que le nombre d'enfants par femme en âge de procréer doit atteindre au moins 2,1 pour assurer le renouvellement des générations. La République fédérale abrite en conséquence la population la plus vieille d'Europe. À peine 13,5 % de ses habitants sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 9 déc 2014 à 10:47

    Tout le monde sait qui sont les plus féconds, et qui avortent.

  • Pienegro le mardi 9 déc 2014 à 08:43

    Une chise sont les naissances brutes, autre chose la qualité des parents feconds!Ici une partie importante des naissances non seulement ne cotisera jamais pour assurer le systeme de pension mais en plus elle aura été toute sa vvie un cout pour la collectivité. D'abord à la secu à travers les allocs familiales, ensuite allocs logement, le RSA, sans compter les couts indirects à la collectivité pour vols, degradation, vandalisme, etc...