Les Allemands payés pour consommer de l'électricité

le
7

Ce dimanche, lors d'une journée ensoleillée et venteuse, le pays a connu un pic de production d'énergie renouvelable et le prix de l'électricité est automatiquement devenu négatif.

L'énergie pourrait-elle un jour être gratuite? En tout cas en Allemagne, pendant quelques heures, certains clients ont même été payés pour consommer de l'énergie! Ce dimanche 8 mai le pays a atteint un pic de production issue de l'énergie verte. Résultat: les prix ont été négatifs pendant plusieurs heures, en d'autres termes, les clients ont été payés pour consommer de l'électricité!

Grâce à une journée ensoleillée et venteuse, vers 11h, les panneaux solaires, les éoliennes et les centrales hydroélectriques et de biomasses du pays faisait le plein d'énergie. «Vers 11h et durant quelques heures, la consommation énergétique du pays a été couverte à 95% par les énergies renouvelables. Cette journée du 8 mai est la démonstration que l'Allemagne a vraiment pris le virage de la transition énergétique, grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables», affirme Pierre Cannet, responsable du programme Climat et Energie au WWF France.

L'an dernier, à la même époque, la proportion d'énergie renouvelable était de 33 %, rapporte Agora Energiewende, un think tank spécialisée dans l'analyse de l'énergie propre allemande. Le développement de l'énergie éolienne devrait continuer à faire évoluer ce mix énergétique en faveur de l'énergie propre. «Chaque année, la part d'énergie renouvelable est plus importante», confie Christoph Podewils d' Agora au site Quartz. «Cette journée démontre à nouveau que le système fonctionne très bien, même avec de grandes quantités d'énergie renouvelable», indique Christoph Podewils.

Mais cette surproduction d'électricité et les prix négatifs appliqués dimanche ne sont pas seulement une bonne nouvelle. Elle démontre également que le système reste encore trop rigide pour que les fournisseurs d'électricité s'adaptent rapidement à la situation. Le prix de l'électricité est determiné en fonction de l'offre, elle-même tributaire de plusieurs facteurs, comme les conditions climatiques ou les facteurs saisonniers, et le comportement du consommateur. De fait, «sur le marché de gros, le prix du MWh varie en fonction des moyens de production. Ils sont appelés par ordre de coûts variables croissants, en fonction de la demande. Les unités de production peu coûteuses sont donc appelées en premier», indique Denis Voisin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot. «Les énergies renouvelables sont injectées dans le réseau en priorité car elles ont un coût marginal presque nul. Cela peut même coûter moins cher de les laisser tourner plutôt que

de les arrêter. Ainsi, nous pouvons nous retrouver en situation de prix négatif lorsque la production d'électricité non flexible (ENR, nucléaire) est abondante, combiné à une faible demande. Il devient en effet plus coûteux d'arrêter la production pour quelques heures (coût de démarrage, seuil technique de puissance minimum, durée minimale d'arrêt…). Le producteur peut préférer payer pour écouler sa production plutôt que d'interrompre la production, pour des raisons de rentabilité», explique Denis Voisin.

Cette situation s'est déjà produite par le passé mais elle reste relativement rare. «Elle plaide pour une consommation plus flexible, mieux pilotée qui soit capable de s'adapter aux variations de la production», indique Denis Voisin. De son côté, Pierre Cannet, de WWF, estime que «cette situation illustre la nécessité d'adopter une gestion européenne du marché de l'électricité avec de meilleures facilités pour exporter l'énergie».

Le marché du stockage d'énergie, un enjeu économique

Cet évènement démontre également que, plus que jamais, la capacité à stocker de l'énergie verte devient un enjeu économique majeur. De fait, si le système était en mesure de stocker l'énergie renouvelable produite, elle pourrait devenir plus flexible. Le marché du stockage, en plein boom, devrait permettre aux particuliers comme aux professionnels de conserver l'énergie produite grâce à des éoliennes ou des panneaux solaires. Les perspectives de croissance de ce marché sont d'ailleurs astronomiques: il pourrait presque doubler en dix ans et atteindre 140 milliards de dollars. Les fabricants traditionnels, nombreuses start-ups, ou encore un géant tel Google se ruent ainsi sur ce secteur en plein boom. Total a même récemment payé le prix fort pour s'offrir Saft, le fabricant français de batteries industrielles, destiné à devenir le fer de lance du groupe pétrolier dans la recherche de solutions de stockage pour les énergies vertes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu il y a 11 mois

    Il faut bien se mettre dans la tête que tout kilowattheure consommé est un kilowattheure fabriqué à l'instant ! sauf stockages gigantesque ou autre fabrique de courant modulable en parallèle avec les énergies dites vertes.

  • lsleleu il y a 11 mois

    Sans des stockages d'énergies en grandes quantités et qualités à un coût convenables, nous ne pourrons consommer l'électricité que l'lorsqu'il y aura du vent ou (et) du soleil, bien évidement ne s'éclairer la nuit que s'il y a du vent les autres nuits .....bougies !

  • jbany il y a 11 mois

    Ce qui est important, essentiel, c'est le niveau de production. Peu importe son prix. Pour y arriver on a choisi le renouvellement. Il est encouragé par des bonus aux innovateurs. Vive et vite la nouveauté avant que la production s'effondre. Le côté vert de l'énergie n'est en fait que sa justification, son alibi.

  • worsbunc il y a 11 mois

    et la nuit par grand froid et sans vent ils se les gelent desinformation totale energie verte subventionnées par les impopts et taxes des bosseurs cette europe va finir à feu et à sang

  • jayce003 il y a 11 mois

    Ils sont pas facturés en temps réels donc si le compteur tourne ils payeront.

  • heimdal il y a 11 mois

    Quelle désinformation! La facture moyenne est le double de la française .L'énergie verte est actuellement la plus chère .

  • lsleleu il y a 11 mois

    Intérêts négatif des emprunts, payer pour que le consommateur d'électricité ....consomme on marche sur la tête .