Les Allemands face à Mario Draghi à la BCE

le
0
Les taux directeurs ultra-bon marché mis en place par la Banque centrale européenne réveillent l'hostilité d'une large frange de l'opinion publique outre-Rhin.

Non, «l'épargnant n'est pas le perdant» des taux directeurs ultra-bon marché (0,25 %), plaide Benoît Coeuré, l'un des six membres du directoire de la BCE, dans une tribune publiée lundi par le Handelsblatt, le quotidien allemand de l'économie.

La BCE est en effet à nouveau en butte à l'hostilité de toute une frange de l'opinion publique outre-Rhin. Dans le Bild, 2,5 millions d'exemplaires, Hans-Werner Sinn, le très influent président de l'institut de conjoncture Ifo, considère que «pour que les pays en crise de la zone euro épargnent plus et fassent les réformes nécessaires, il aurait fallu des taux plus élevés, à la mesure des risques de faillite» de ces mêmes pays.

Mario Draghi, le président de la BCE, avait reconnu que la décision surprise de jeudi dernier avait recueilli «une majorité s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant