Les alarmes injustifiées, poison des trains franciliens

le
1
INFOGRAPHIE - Après une baisse sensible, les déclenchements abusifs repartent à la hausse. L'an passé, le phénomène a causé un retard cumulé de 1822 heures, soit… 76 jours

Souvent par jeu, parfois par exaspération, voire par représailles. Mais beaucoup plus rarement pour une raison valable. Chaque jour en région parisienne, 19 fois un signal d'alarme est déclenché dans les trains, dont 95% de manière injustifiée. Un record national qui ne semble pas prêt d'être égalé puisque l'Ile-de-France concentre à elle seule 85% des incidents de ce genre. Conséquence: à elle seule, cette forme d'incivilité a causé près de 6% des retards de trains de banlieue et de RER l'an passé.

«Un signal d'alarme, c'est dix minutes de retard en moyenne, explique Olivier Devaux, directeur Transilien à Paris Saint-Lazare. Le trafic étant très dense, s'il est déclenché en période de pointe, c'est tout de suite l'effet boule de neige pour les rames qui suivent. Cela peut gêner 10.000 voyageurs d'un coup.» Rien que l'année dernière, 7877 trains ont été perturbés ou supprimés pour cette seule raison. Soit 1822 heures de retard cumulé. «C'est comme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le lundi 26 mar 2012 à 15:44

    JPi - Les candidats à l'élection présidentielle, eux, préfèrent ne pas tirer l'alarme du surendettement France. Après l'élection, ils tireront dans le tas, bien obligés. Moralité: on a ce qu'on mérite.