Les aides au logement seraient gelées en 2014

le
2
L'enveloppe globale dédiée à ces aides passera toutefois de 4,9 milliards à 5,1 milliards d'euros, car la France comptera un plus grand nombre d'allocataires, avance Europe 1.

Les aides au logements ne seront pas revalorisées. Alors que ces aides versées sous certaines conditions sont réévaluées chaque année au même rythme que les prix de l'immobilier, le gouvernement a décidé de les geler en 2014, selon Europe 1. Une mesure qui lui permettra d'économiser 177 millions d'euros. L'an passé, les APL avait été revalorisées de 2,15%. Un coup de pouce qui avait couté 362 millions aux finances de l'Etat.

Le gouvernement explique que l'enveloppe globale dédiée à ces aides va, toutefois, augmenter, poursuit la radio. Le budget 2014 des aides au logement passera, ainsi, de 4,9 milliards à 5,1 milliards d'euros, car la France comptera un plus grand nombre d'allocataires.

4 millions de bénéficiaires

Ces aides permettent aux plus démunis d'avoir un toit. Elles ciblent donc les personnes aux revenus les plus faibles ainsi qu'aux étudiants et concernent, au total, près de 4 millions de Français. En moyenne, les bénéficiaires reçoivent par ce biais 212 euros par mois, ce qui en fait la prestation la plus importante pour les ménages modestes.

Une récente étude de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) avait toutefois remis en cause l'efficacité de ce dispositif. Selon ce rapport, «l'efficacité des aides personnelles s'est détériorée pendant la dernière décennie». En clair, malgré ces coups de pouce, les locataires doivent parfois consacrer plus de 30 % de leurs revenus pour payer leur loyer. Le rapport milite pour quelques améliorations du dispositif. Il plaide pour que l'APL étudiant ne puisse plus être cumulable avec le rattachement du bénéficiaire au foyer fiscal de ses parents.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • imagine7 le vendredi 27 sept 2013 à 12:42

    On gèle pour ceux qui en on le plus besoin est un sénateur demande au gouvernement une rallonge pour ceux qui ont planqués leur pognon à l'étranger.

  • supersum le vendredi 27 sept 2013 à 08:53

    Les allocations en prennent un coup quand meme quand on dégraissse la mammouth des recettes fiscales pour le social. L'insee établissait à + 1.60% l'augmentation des loyers alors je me demande bien comment on a pu augmenter les APL de 2,15%. Fini les allocs à la pelle messieurs on ne paie plus.