Les agriculteurs se mobilisent contre l'écotaxe

le
7
LES AGRICULTEURS SE MOBILISENT CONTRE L'ÉCOTAXE
LES AGRICULTEURS SE MOBILISENT CONTRE L'ÉCOTAXE

PARIS (Reuters) - Des agriculteurs ont mené mardi des dizaines d'opérations escargot sur les routes françaises pour protester contre la future taxe sur les transports et les portiques automatiques sur les axes secondaires.

Ils répondaient à l'appel de la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), majoritaire, qui réclame l'ajournement d'une mesure qui doit s'appliquer le 1er janvier 2014 et pénaliserait, selon elle, un secteur en difficulté.

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), principal syndicat du secteur, a apporté son soutien à cette journée de mobilisation et demande elle aussi un moratoire.

Des barrages filtrants d'agriculteurs ont été notamment installés dans la matinée près de Beauvais (Oise), Saint-Dizier (Meuse), Fleury-en-Bière (Seine-et-Marne), selon le centre national d'informations routières.

Héritée du Grenelle de l'environnement, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l'écotaxe est un prélèvement sur les transports de plus de 3,5 tonnes, dont les exploitants devront s'acquitter au même titre que tous les transporteurs.

Lundi, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, avait défendu le bien-fondé de l'"écotaxe", affirmant qu'elle aurait un "impact économique limité" et ne créerait pas de concurrence déloyale avec les concurrents européens de la France, dont plusieurs ont déjà instauré une telle taxe.

Son objectif est de faire financer l'usure des infrastructures routières par les transporteurs et d'inciter les chargeurs à privilégier des moyens de transport plus respectueux de l'environnement, comme le rail, les canaux ou les liaisons maritimes.

"LA MÉNAGÈRE PAIERA PLUS CHER"

Mais selon la FNSEA, elle aboutira à une nouvelle pression fiscale qui engendrera une hausse de 5% à 10% du coût du transport, qu'il sera difficile de répercuter sur les prix de vente au consommateur.

"Les entreprises et exploitations agricoles n'ont pas la capacité à payer ce qu'elles considèrent comme un nouvel impôt qui ne fera que renforcer les pertes de compétitivité déjà enregistrées et induire de nouvelles suppressions d'emplois", écrit-elle dans un communiqué.

Pour l'organisation, cette taxe contredit la volonté de "redressement productif" affichée par le gouvernement.

"La ménagère paiera plus cher, 50 ou 60 centimes de plus son kilo de tomates françaises, alors qu'une tomate belge ou marocaine n'aura pas cette taxe-là", a expliqué sur RTL un producteur.

Pour la CGPME, "la mise en place de l'écotaxe viendra au contraire renchérir au niveau national de 4,8% le coût du transport des marchandises par la route. Les entreprises situées en zones rurales seront particulièrement pénalisées".

Le gouvernement affirme que les hausses de prix évoquées par les organisations syndicales sont alarmistes et exagérées.

"Sachant que le coût du transport représente au maximum 10% du prix des produits vendus aux consommateurs, la taxe poids lourds renchérira ce prix de 4% environ soit un impact sur le prix final de la marchandise de 0,4%", dit une source gouvernementale.

La suppression de l'écotaxe est au centre des revendications de récentes manifestations organisées en Bretagne sur fond de multiplication des faillites dans le secteur agroalimentaire local.

La FNSEA compte sur le soutien des transporteurs, des 3.000 coopératives de France et sur celui des industries de l'alimentaire.

Dans un communiqué commun, cinq organisations de transporteurs ont mis mardi le gouvernement en garde contre toute remise en cause du dispositif de majoration forfaitaire, qui répercute une partie de la taxe sur les donneurs d'ordre.

Frédéric Cuvillier a toutefois laissé entendre que cette inquiétude était fondée sur des "rumeurs".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 66michel le mardi 22 oct 2013 à 16:02

    M2280901 contre les routiers et les agriculteurs, le gouvernement ne ferait pas le poids.

  • M2280901 le mardi 22 oct 2013 à 15:28

    vivement que les agriculteurs et routiers bloquent Paris pendant un mois s'il le faut, au moins on s'occupera des vrais problèmes et non plus des parasites qui envahissent notre pays pour bénéficier des allocs

  • 66michel le mardi 22 oct 2013 à 15:02

    il faudrait qu'ils bloquent les routes de france, soutenus en celà par tous ceux qui sont licenciés ici et là, par les artisans qui croulent sous les dettes, etc.... faire plier le gouvernement et demissionner le gros patapouf.

  • mathou54 le mardi 22 oct 2013 à 13:53

    mon rêve est que ceux qui bossent réellement puissent le faire sans être emm.....der par des parasites ! Point final

  • BIS78 le mardi 22 oct 2013 à 13:32

    @mathou : c 'est quoi ton reve , bouffer des clous et de la tole ou manger des légumes frais ?

  • 66michel le mardi 22 oct 2013 à 12:24

    je préfèrerai et de loin être emm. par eux que par les jeunes qui manifestent. C'est pas la même cause

  • mathou54 le mardi 22 oct 2013 à 12:19

    et au passage ils font ch..er les gens qui vont bosser ! faudrait aussi qu'on les empêche de récolter ! Essayer voir de demander à un paysan de bosser en usine et vous verrez sa réponse !