Les agents des impôts en grève partout en France

le , mis à jour à 13:00
42

Les agents des impôts sont appelés à faire grève ce mardi 15 novembre dans toute la France. Ils critiquent la réduction des effectifs et de manière plus générale "la dégradation du service public". De nombreux centres de finances publiques devraient être fermés ce mardi, date limite de paiement pour la taxe d'habitation (hors internet).

Le centre des Finances publiques du XVIe arrondissement de Paris, en juillet 2010 (photo d'illustration). ( AFP / BERTRAND LANGLOIS )
Le centre des Finances publiques du XVIe arrondissement de Paris, en juillet 2010 (photo d'illustration). ( AFP / BERTRAND LANGLOIS )

Le mouvement des agents des finances publiques devrait s'intensifier ce mardi après des premiers rassemblements lundi à Dijon (Côte-d'Or) et Melun (Seine-et-Marne). "Depuis de trop nombreuses années, la Direction générale des Finances publiques est la cible de la rigueur budgétaire des différents gouvernements au motif qu'elle fait partie d'un ministère non prioritaire", explique dans un communiqué le syndicat Solidaires Finances publiques qui a appelé à la grève avec la CGT Finances publiques et FO DGFiP. "Or les missions de la DGFiP ont un rôle déterminant dans l'exercice de l'action publique : renseigner le public, asseoir les différents impôts et taxes" ou encore "assurer le contrôle de ces derniers pour lutter contre la fraude et l'évasion fiscales".

Au total, ce sont 1.800 postes qui devraient être supprimés dans d'administration fiscale d'ici fin 2017. "Alors que la charge de travail n'a cessé de croître, 36.000 emplois ont été supprimés depuis 2002", précise le communiqué de Solidaires Finances publiques. "La DGFiP a supporté 54% des suppression d'emplois de fonctionnaires d'État alors qu'elle ne représente que 6% des effectifs de la Fonction publique d'État".

INTERNET ET LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE POINTÉS DU DOIGT

"En dix ans, on a subi 500 suppressions de postes en Seine-et-Marne", ont expliqué des grévistes de Melun lundi au Parisien. "Avant, deux sites existaient à Melun et alentours avec un total de 40 agents. Les deux sites ont fusionné et notre service couvre un bassin de vie de 200.000 habitants, avec 18 agents". "Dans les Alpes-Maritimes, on perd une quarantaine d'emplois par an!", a elle fait valoir Cécile Lunel, de la CGT Finances publiques. "Du coup, on a plus de difficultés à répondre aux demandes des contribuables", a-t-elle déclaré au micro de France Bleu Azur.

Pour les syndicats, la direction justifie ces réductions d'effectifs par la déclaration et le paiement des impôts sur internet. Un argument qui ne les convainc pas : "avec cette marche forcée vers le numérique, c'est le contact humain avec les contribuables qui s'efface", explique à France Bleu, Jean-François Duret, membre du bureau Solidaires finances publiques de l'Yonne. "Ils viennent et le centre est fermé. Les lois de finances sont tellement complexes que le contribuable a parfois un doute, alors forcément, il veut venir au centre pour savoir s'il a bien fait. Il a besoin d'être rassuré. Et l'administration, ça, elle ne comprends pas, parce qu'elle a d'autres exigences, et notamment celle de réduire la dette. Pour elle, il n'y a que ça qui compte!".

"Le prélèvement à la source (qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018, ndlr), cela fait 15 ou 20 ans qu'on en parle et ce n'est pas la bonne solution", poursuit-il. "On ne sait pas comment ça va se mettre en place, comment le contribuable va pouvoir régulariser. Cela va vraiment faire du travail en plus pour nos services.

Schéma explicatif du système d'impôt sur le revenu prélevé à la source.
Schéma explicatif du système d'impôt sur le revenu prélevé à la source. ( AFP / L. Saubadu/R. Gremmel )

À Paris, un blocage a été organisé ce mardi matin sur le site de Saint-Sulpice dès 7h30. Un rassemblement aura lieu à 13h30 devant le ministère des Finances à Bercy "pour soutenir la demande d'audience faite auprès du ministre Michel Sapin".

A Marseille, environ 80 agents ont bloqué l'accès de leur établissement pour réclamer "un moratoire sur la fusion des services et pour le maintien du maillage territorial".

En conséquence, plusieurs centres des impôts, comme celui de Nice, devraient être fermés au public. Ce mouvement social intervient alors que les contribuables ont jusqu'à minuit pour payer leur taxe d'habitation. Pas de panique néanmoins, le délai se prolonge jusqu'au 20 novembre pour ceux qui ont décidé de payer en ligne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • herve433 il y a 3 semaines

    "la dégradation du service public" si ils étaient aux service du public ça se saurait !CELA FAIT BIEN LONGTEMPS QU'ILS SONT AU SERVICE DE L’ÉTAT ET DES POLITIQUES QUI DILAPIDENT NOS IMPÔTS

  • akelacca il y a 3 semaines

    @Heimdal, il ne faut pas confondre les horaires publics et les heures de travail. Que ce soit aux impôts ou dans les entreprises ces temps de fermetures sont souvent un moyen d’utiliser les ressources à autre chose.

  • b.renie il y a 3 semaines

    Le schéma ci-dessus explique clairement que le seul but est de suralimenter le Trésor publique puisque les crédits d'impôt eux ne sont pas mensualisés. Et en ce qui nous con,cerne comme contribuable on aura toujours à remplir une déclaration et attendre le bon vouloir d Bercy d'émettre les chèque correspondant aux crédits d'impôt et aux remboursement. Il faut tuer cette gabegie dans l'oeuf

  • frenchto il y a 3 semaines

    bof qu'ils bossent ou pas il n'y a pas de différence

  • heimdal il y a 3 semaines

    Quand on est fermé au public 2 après-midi par semaine et qu'on a des horaires d"ouverture pour retraités et chômeurs ,on ne remplit plus sa mission de service public .

  • M3366730 il y a 3 semaines

    36.000 emplois ont été supprimés depuis 2002, c'est donc qu'il y en avait trop ! Par contre effectivement les élus politiques nationaux qui sont à 70% d'anciens fonctionnaires/régimes spéciaux et ne simplifient pas le travail en règle générale (privé et public).

  • nicog il y a 3 semaines

    Ils se plaignent alors que la complexité des impots leur donne du travail. Si on avait une flat taxe sur les revenus, sur la taxe foncière et d'habitation, on n'aurait besoin que d'un agent sur 10 et l'économie tournerait mieux.

  • 300CH il y a 3 semaines

    Il est temps de dégraisser le mammouth

  • M7403983 il y a 3 semaines

    Hollande est en train de recaser tous ses copains et copines, dans le but en plus inavoué de mettre des batons dans les roues de la future majorité en 2017. Un drôle de coco politicard ce Hollande qui se fiche de la France comme de ses maitresses .........

  • bpasseri il y a 3 semaines

    par contre les députés ont continué à embaucher, normal, c'est le principe des vases communiquants, aucune économie ne doit être récupérée, la dette doit augmenter sans fin