Les agences de notation sont à nouveau montrées du doigt

le
0
(NEWSManagers.com) - Faut-il supprimer les agences de notation ? Le rôle d'amplificateur des agences de notation dans la propagation des crises ne devrait-il pas inciter sinon à supprimer du moins à encore plus strictement encadrer ces organismes privés ? En Europe, la règle du jeu est désormais fixée mais la crise grecque a relancé le débat.
Dans une lettre commune adressée aux autorités européennes, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel réclament un nouvel examen du rôle des agences de notation, l'une d'entre elles ayant décidé " de dégrader la note de la dette grecque avant même que ne soient connus le programme des autorités et le montant du plan de soutien" . " Nous devons nous fixer comme objectif de mener rapidement une revue pour évaluer si l'objectif d'améliorer le processus de notation a été atteint. A la lumière des événements des dernières semaines, cette revue devra explicitement examiner les méthodes de notation des dettes souveraines, les modalités de communication et de diffusion des changements de notations, et prendre en compte le rôle éventuel des agences de notation dans l'amplification des crises et leur impact sur la stabilité financière" , peut-on lire dans le texte adressé à Herman van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne.
Les deux dirigeants estiment en outre que la Commission européenne devrait envisager " de formuler des propositions pour renforcer la concurrence sur le marché de la notation de crédit" , sans plus de précisions. Mais on le sait, certains appellent de leurs v?ux la création d'une agence concurrente, à l'instar du président de l' AMF, Jean-Pierre Jouyet, qui déclarait le 4 mai que la meilleure façon de réguler les notations sur les dettes souveraines serait d'avoir " une agence internationale, mi-publique mi-privée, sous l'égide du FMI" . Il ajoutait qu'une agence publique européenne ne serait pas crédible au-delà des frontières européennes" .
Enfin, suggèrent les deux responsables, la Commission devrait conduire " une revue critique de la pertinence de l'utilisation des notations des agences dans les dispositifs réglementaires européens et envisager des voies pour réduire leur utilisation dans les exigences de capital" . Mais que les agences se rassurent ! Comme l'écrit le gérant-phare de Pimco, Bill Gross, il ne s'agit pas d'enterrer les services de notation mais de s'en passer. Ces services sont excessivement chers et soumis à l'influence de l'émetteur, rappelle Bill Gross qui ajoute que personne n'a le monopole de l'expertise en matière d'investissement ou de notation.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant