Les affiches de Nicolas Miguet continuent d'empoisonner la campagne de NKM

le
1
Les affiches de Nicolas Miguet continuent d'empoisonner la campagne de NKM
Les affiches de Nicolas Miguet continuent d'empoisonner la campagne de NKM

La tension ne retombe pas entre les camps d'Anne Hidalgo et de Nathalie Kosciusko-Morizet depuis les révélations de la presse sur des ordres donnés par la mairie de Paris pour retirer un affichage sauvage contre Anne Hidalgo. Ce  vendredi, c'est Patrick Klugman, avocat de SOS racisme et conseiller PS de Paris, qui a pris la plume pour dénoncer les «fiançailles» entre le responsable de cette campagne anti-Hidalgo, le président du rassemblement des contribuables français (RCF), Nicolas Miguet, et NKM. L'entourage de cette dernière continue de récuser toute proximité avec le sulfureux homme d'affaires. 

L'attaque en règle de Patrick Klugman

«On imagine bien les raisons pour lesquelles Madame Kosciusko-Morizet a été chercher des supplétifs pour tenter de ressusciter une campagne moribonde. Mais à quel prix ? Car cette mésalliance, soigneusement dissimulée, a nécessairement des contreparties dont les Parisiens comme les partenaires politiques de Mme Kosciusko-Morizet, au premier rang desquels le MoDem, ne savent rien (...) Nathalie Kosciusko-Morizet devra assumer le coût moral, politique et financier de ces tumultueuses fiançailles»,  écrit Patrick Klugman dans un tribune publiée sur le site du Huffington Post.

Nicolas Miguet a lancé ces dernières semaines une campagne d'affichage prenant pour cible la candidate du PS Anne Hidalgo, preuve selon Patrick Klugman du «soutien massif apporté à la campagne de l'UMP à la mairie de Paris». «En retour, (NKM) a été l'invitée d'honneur le 18 janvier du dernier banquet du Rassemblement des contribuables français», poursuit l'avocat.

Nicolas Miguet, que Me Klugman accuse d'être «affairiste en affaires et poujadiste en politique»,  est un éditeur de presse boursière, homme d'affaires et homme politique au passé judiciaire chargé qui a fait de la défense des contribuables son cheval de bataille. Il a affirmé au Monde avoir tiré 10.000 exemplaires de son affiche, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le vendredi 28 fév 2014 à 20:16

    la mairie de paris a donné des ordres pour retirer des affiches contre hidalgo ???? mais dans quel dictature communiste vivons nous ???