Les administrateurs indépendants de Renault s'expriment

le
11
LES ADMINISTRATEURS INDÉPENDANTS DE RENAULT JUGENT ESSENTIELLE L'ALLIANCE AVEC NISSAN
LES ADMINISTRATEURS INDÉPENDANTS DE RENAULT JUGENT ESSENTIELLE L'ALLIANCE AVEC NISSAN

PARIS (Reuters) - Les administrateurs indépendants de Renault ont publié un communiqué pour rappeler que le conseil d'administration du groupe considère l'adoption des droits de vote doubles par l'Etat comme un facteur pouvant déstabiliser l'alliance avec Nissan

"Les administrateurs indépendants de Renault n'entendent en rien polémiquer sur les déclarations qui peuvent être faites sur l'avenir du groupe", déclarent-ils dans ce communiqué daté de mercredi. "Le conseil considère cette alliance comme essentielle pour la pérennité de Renault et l'adoption des droits de vote doubles de nature à la déstabiliser."

C'est la première fois que les dix administrateurs prennent publiquement la parole sur le bras de fer que se livrent depuis plusieurs mois le PDG de Renault Carlos Ghosn et le ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur l'évolution future de l'alliance franco-japonaise.

La crise a éclaté au grand jour en avril lorsque l'Etat français, principal actionnaire, est monté au capital de Renault pour s'assurer à partir de mars prochain les droits de vote doubles prévus par la loi Florange.

Selon des sources au fait du dossier, Carlos Ghosn a ignoré jusqu'ici la demande française visant à créer un groupe de travail conjoint pour préparer une fusion sur des termes fixés par le gouvernement.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le jeudi 5 nov 2015 à 10:26

    si, je crois que le rachat des Lada en Russie est une décision de Ghosn...un fiasco.

  • berkowi le jeudi 5 nov 2015 à 10:12

    Tout d'abord, le vote double c'est la loi qui est appliquée par de nombreuses sociétés en France. D'autre part, ce Monsieur Ghosn est un petit monsieur qui profite de sa position pour encaisser des salaires incommensurable alors qui n'a pratiquement rien décidé depuis son entrée en fonction. Toutes les grandes décisions stratégiques avaient été prises avant sa prise de fonction, l n'a fait qu'appliquer. Alors ou il met en route la demande de son actionnaire de référence ou il s'en va.

  • M7097610 le jeudi 5 nov 2015 à 10:01

    j'oubliais...le Scenic, Nissan et Dacia, c'est uniquement grâce à Schweitzer.

  • M7097610 le jeudi 5 nov 2015 à 09:56

    Ghosn adore les milliards de subventions de l'Etat pour faire sa voiture électrique nulle mais il n'aime pas rendre des comptes...

  • M7097610 le jeudi 5 nov 2015 à 09:55

    pour les ignorants, le droit de vote double est prévu à l'article L225-123 du code de commerce.

  • M7097610 le jeudi 5 nov 2015 à 09:51

    domin, Ghosn fait son petit coup d'Etat en n'acceptant pas de rendre des comptes à ses actionnaires ; il fait monter en première ligne ses obligés de Nissan et ses "administrateurs indépendants" mais dépendants de lui pour leur renouvellement. Depuis l'histoire rocambolesque du faux espionnage, sa parano est totale. Tavares est allé voir ailleurs ! Ce type est capable de couler Renault pour satisfaire son ego : pour une fois, je soutiens Macron à 100 %

  • laniakea le jeudi 5 nov 2015 à 09:26

    Et pourquoi pas droit de vote triple, quadruple?

  • domin288 le jeudi 5 nov 2015 à 09:26

    Macron nous fait du Colbert ou du Richelieu, deux grands hommes d'état. Or Colbert, or Richelieu, a ce que je sache n'étaient point des communistes. J'attends de voir ce Monsieur à l'œuvre, pour l'instant j'ai plutôt l'impression de le voir courir sur du verglas. Quand à Monsieur Ghosn, je respecte ses décisions, il a sorti Renault et Nissan de l'ornière et en à fait un groupe mondial, ne l'oublions pas. Un travail des deux, sur notre économie serait bénéfique.

  • laniakea le jeudi 5 nov 2015 à 09:25

    Droit de vote double, c'est quoi ce délire ?

  • pascalcs le jeudi 5 nov 2015 à 09:10

    tmf43: le communisme avait bon dos quand il s'agissait de payer et de prendre les risques pour sauver Nissan a l’époque. Rien de choquant a une golden share pour l'Etat. Plein support a Macron.