Les administrateurs de Saab n'ont reçu aucune offre formelle

le
1
LES ADMINISTRATEURS DE SAAB N'ONT PAS ENCORE REÇU D'OFFRE FORMELLE
LES ADMINISTRATEURS DE SAAB N'ONT PAS ENCORE REÇU D'OFFRE FORMELLE

STOCKHOLM (Reuters) - Les administrateurs du constructeur automobile en liquidation judiciaire Saab ont déclaré samedi être en discussions avec plusieurs repreneurs éventuels et préférer céder le groupe suédois en un seul morceau, ajoutant n'avoir encore reçu aucune offre de reprise formelle.

Saab a finalement jeté l'éponge en décembre après neuf mois de bataille de la part de son actionnaire Swedish Automobile pour le garder en vie.

Selon des sources interrogées par Reuters, le chinois Zhejiang Youngman Lotus Automobile, qui avait déjà approché Swedish Automobile l'an dernier, pourrait faire à nouveau une offre dans les semaines à venir.

"Nous avons eu des discussions avec un certain nombre de parties intéressées. Certaines sont intéressés par l'usine en tant que telle et certaines par des parties de l'usine", a déclaré à Reuters Hans Bergvist, l'un des administrateurs judiciaires.

"Il n'y a eu aucune offre formelle", a ajouté sa collègue Anne-Marie Pouteaux. "Nous avons bien l'objectif de vendre (Saab) dans sa totalité", a-t-elle souligné.

General Motors, ancien propriétaire de Saab qui dispose de licences technologiques clés ainsi que d'une petite participation, a bloqué ces derniers mois les efforts de sauvetage du groupe, en déclarant ne pas vouloir aider ses concurrents.

Le journal suédois Dagens Industri a rapporté que le groupe turc de capital-investissement Brightwell et le constructeur indien de véhicules utilitaires Mahindra & Mahindra sont également intéressés.

Les deux administrateurs ont refusé de citer les noms des candidats potentiels à une reprise.

Patrick Lannin, Jean Décotte pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aemk93 le lundi 23 jan 2012 à 07:00

    Comme quoi il vaut mieux fabriquer des voitures pourries et savoir les vendre plutôt que de construire des Saab ...