Les activités nucléaires illicites de Damas mises à nu

le
0
Les pays occidentaux veulent sanctionner la Syrie, en proposant à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), réunie depuis lundi à Vienne, de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU.

En matière de prolifération nucléaire, l'Iran, une fois n'est pas coutume, devrait cette semaine se faire voler la vedette par la Syrie. Les pays occidentaux veulent en effet sanctionner Damas, qu'ils soupçonnent de mener des activités nucléaires illicites, en proposant à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), réunie depuis lundi à Vienne, de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU. Cette nouvelle fronde contre la Syrie, emmenée par les États-Unis et qui vise à obtenir un «constat de violation », puis une résolution, s'appuie sur un récent rapport de l'AIEA, qui affirme que le site clandestin de Deir ez-Zor, détruit par l'aviation israélienne dans le désert syrien en septembre 2007, était «très probablement» un réacteur nucléaire.

C'est la première évaluation officielle rendue publique par l'agence de l'ONU depuis le début de son enquête sur Deir ez-Zor en 2008. Les soupçons de l'AIEA concernent également trois autres sites connectés

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant