Les actions rapportent plus que les obligations

le
0
Cet écart de rendement, atypique, s'explique par les faibles taux d'intérêt et par des cours de Bourse encore bas.

Même les gestionnaires s'en étonnent. Aujourd'hui, les actionnaires sont souvent plus gâtés que les investisseurs obligataires, s'ils comparent simplement le revenu (le dividende ou les intérêts) servi par une action et une obligation aux cours de Bourse de ces titres. «C'est une période curieuse où les actions offrent en effet des rendements supérieurs en moyenne aux taux d'intérêt des obligations émises par les entreprises, sur des durées courtes, par exemple cinq ans», observe Jean-Charles Mériaux, directeur de la gestion chez DNCA Finance. D'ordinaire, c'est l'inverse. Les obligations rapportent davantage, et les investisseurs misent sur les actions surtout dans l'espoir d'une plus-value. «Mais jusque dans les années 50, au contraire, les actions, plus risquées que les obligations, devaient verser de plus gros revenus», précise Hugues Rialan, directeur de la gestion financière de Banque Robeco.

Les marchés sont-ils revenus si loin en arrière ? En tout cas,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant