Les actions européennes sont-elles trop chères ?

le
0

(AOF) - Entretien avec Damien Cadillon, vente institutionnelle pour la France, Lyxor ETF.

Le risque politique a longtemps pesé sur les actions européennes, les élections présidentielles françaises l'ont-elles éloigné ?

Notre département de recherche Lyxor Asset Management estime que le risque politique est en train de basculer de l'Europe vers les Etats-Unis. Les inquiétudes concernant l'éclatement de la zone euro semblent en effet maintenant derrière nous grâce aux résultats des élections aux Pays-Bas, puis en France, qui ont permis le maintien au pouvoir de candidats pro-européens. Il reste encore une élection majeure en Allemagne au mois de septembre. Cependant, une victoire d'Angela Merkel est désormais probable. La seule vraie inconnue concerne l'Italie. Des élections sont prévues en 2018 et les sondages montrent que la moitié des Italiens est en faveur d'une sortie de l'euro. Mais ce risque ne se matérialisera pas dans l'immédiat. A plus court terme, l'obtention d'une majorité aux législatives pour Macron serait favorable aux actions européennes.

D'un point de vue fondamental, les actions européennes ont-elles de belles perspectives ?

Les indicateurs macro-économiques s'améliorent. Nous sommes face à un raffermissement de la croissance dans un contexte d'inflation contenu qui devrait conduire la Banque centrale européenne (BCE) à maintenir sa politique accommodante. Ces facteurs sont très favorables aux marchés actions de la zone.

Les actions européennes ont déjà gagné près de 10% depuis le début de l'année, ne sont-elles pas devenues trop chères ?

Le ratio cours sur bénéfice ressort à 15 fois, on ne peut plus parler de marché sous-valorisé. Cependant, ce ratio reste 10% moins cher que le niveau observé aux Etats-Unis. Autre indicateur important : le price to book, qui permet de comparer la valeur comptable des actifs d'une entreprise à son prix boursier, est inférieur de 40% sur les actions européennes par rapport aux actions américaines. Les actions européennes bénéficient donc encore d'une décote.

Comment peut-on jouer les actions européennes ?

Les actions européennes ont collecté plus de 4 milliards d'euros depuis le 24 avril (chiffres arrêtés au 19 Mai). Si on peut les jouer à travers de grands indices comme le MSCI Europe, il y a sans doute plus de valeur à être sélectif. Actuellement nous privilégions les sociétés cycliques et les banques au détriment des défensives. A ce titre, le CAC 40 qui est principalement composé de sociétés industrielles, de biens de consommation cycliques et de bancaires nous paraît plus attractif. Il devrait par ailleurs bénéficier des réformes annoncées en France - notamment celles du marché du travail, ou encore le rééquilibrage budgétaire - qui sont très attendues par les marchés financiers. On peut aller encore plus loin sur cette thématique des valeurs cycliques en jouant aussi les moyennes capitalisations françaises avec le CAC Mid 60. Pour s'exposer aux actions européennes, Lyxor propose une gamme de plus de 40 ETF, avec des expositions régionales, pays et secteurs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant