Les actions chinoises restent exclues de l'indice MSCI émergents

le , mis à jour le
0
    * Troisième rejet en 3 ans des actions chinoises A 
    * L'indice MSCI émergent suivi par $1.500 mds d'actifs 
    * L'inclusion pourrait attirer $400 mds en Bourse 
    * Les investisseurs ont encore des réserves 
 
 (Actualisé avec des citations, contexte) 
    par Michelle Price 
    NEW YORK, 15 juin (Reuters) - Le spécialiste américain des 
indices boursiers MSCI  MSCI.N  a annoncé mardi qu'il 
n'intégrerait pas les actions de Chine continentale dans son 
indice de référence des marchés émergents mondiaux, en 
expliquant avoir conclu que Pékin devait encore progresser en 
matière de libéralisation des marchés de capitaux. 
    Sa décision, témoin des hésitations des investisseurs face 
au marché financier chinois, constitue un revers pour les 
autorités locales qui espéraient que l'intégration des actions 
cotées en Chine continentale dans l'indice "MSCI Emerging 
Markets", très suivi par les gestionnaires d'actifs, les fonds 
de pensions et les assureurs du monde entier, déclenche un flux 
d'investissements susceptible d'atteindre 400 milliards de 
dollars (357 milliards d'euros) sur dix ans selon certaines 
estimations. 
    "Cette décision met en lumière un problème bien plus 
important, à savoir que les investisseurs internationaux ne sont 
pas enclins à aller voir du côté des actifs en yuans même si la 
Chine abrite le deuxième marché boursier mondial et le troisième 
marché obligataire", note Peter Alexander, directeur général du 
cabinet de conseil en investissement Z-Ben Advisors à Shanghaï. 
    Selon lui, cette décision place toutefois les investisseurs 
internationaux "du mauvais côté de l'Histoire". 
    Le yuan a réagi en inscrivant contre le dollar un plus bas 
de plus de cinq ans  CNY=CFXS  en ouverture et les Bourses 
chinoises ont également débuté la journée en forte baisse mais 
elles se sont nettement redressées ensuite. 
    Les traders ont souligné que les investisseurs avaient 
anticipé la réponse négative de MSCI, comme en témoignait le 
recul de plus de 3% de la Bourse lundi. 
    L'indice composite de Shanghaï  .SSEC  gagnait 1,46% vers 
05h30 GMT et l'indice des valeurs vedettes  .CSI300  1,22%. 
L'indice Hang Seng de Hong Kons  .HSI  avançait de 0,18%. 
L'indice MSCI des émergents inclut des actions chinoises de 
catégorie H cotées à Hong Kong. 
    Les marchés chinois ont connu 12 mois agités avec en 
particulier une chute de 40% des Bourses, suivie par une 
intervention massive de l'Etat et un exode des capitaux sans 
précédent qui a affecté le yuan. 
    MSCI précise avoir reporté l'intégration des valeurs 
chinoises afin de pouvoir évaluer sur la durée l'efficacité des 
quotas alloués par Pékin à des investisseurs étrangers (QFII), 
l'évolution de la politique de mobilité des capitaux ainsi que 
l'impact des nouvelles règles en matière de suspension des 
cotations.  
    "Les investisseurs institutionnels internationaux ont 
clairement indiqué qu'ils apprécieraient des progrès 
supplémentaires en matière d'accessibilité du marché des actions 
A chinoises avant qu'elles ne soient incluses dans l'indice MSCI 
Emerging Markets", a déclaré Remy Briand, directeur de la 
recherche de MSCI, dans un communiqué.  
     
    "INCOMPLET" 
    Le régulateur boursier chinois (China Securities Regulatory 
Commission, CSRC) a estimé que tout indice boursier 
international qui n'incorpore pas d'actions chinoises de 
catégorie A est incomplet.    
    Il a ajouté que cette décision de MSCI n'aurait aucune 
incidence sur la réforme et le processus d'ouverture des marchés 
de capitaux chinois et observé que la Chine devait bâtir des 
marchés de capitaux sains et stables sur le long terme.    
    MSCI ajoute précisément que les autorités chinoises ont 
accompli des progrès notables en matière d'accès des 
investisseurs étrangers aux marchés et qu'elles avancent dans la 
bonne direction.  
    Mais les investisseurs se posent des questions sur la 
procédure d'allocation des quotas d'investissement et sur le 
plafonnement mensuel de rapatriement du capital, a expliqué Remy 
Briand.  
    Il a ajouté qu'il fallait également plus de temps aux 
investisseurs pour déterminer si les nouvelles dispositions en 
matière de suspension des transactions se révèleraient efficaces 
pour éviter une répétition de ce qui s'était passé l'été 
dernier, lorsque plus de la moitié des sociétés chinoises cotées 
avaient demandé une telle suspension pour se prémunir d'un 
krach.  
    "Il y a eu beaucoup d'améliorations significatives faites 
récemment par les autorités chinoises pour améliorer 
l'accessibilité des investisseurs internationaux; toutefois, 
certaines sont relativement récentes et il nous faut donc un peu 
plus de temps pour évaluer l'efficacité de ces mesures", a-t-il 
déclaré. 
    MSCI avait soulevé cette année de nouvelles objections 
vis-à-vis d'une règle qui impose aux investisseurs étrangers de 
solliciter l'autorisation des places boursières avant de lancer 
des produits fondés sur les actions A, ce qui, de l'avis de 
MSCI, pourrait affecter leur capacité de procéder à des 
opérations de couverture.  
    "C'est un très gros problème pour les investisseurs et le 
retrait de cette exigence est nécessaire pour l'inclusion", a 
observé Remy Briand, ajoutant que MSCI ne pouvait fournir de 
calendrier pour une telle inclusion et ne pouvait exclure la 
possibilité que de nouveaux problèmes n'émergent au fil des 
discussions. 
    Quelque 1.500 milliards de dollars d'investissements dans le 
monde sont indexés sur l'indice MSCI Emerging Markets 
 .dMIEF00000PUS , entre autres via le fonds indiciel (ETF) 
iShares MSCI Emerging Markets  EEM.P . 
 
 (Avec Saikat Chatterjee,; Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour 
le service français, édité par Benoît Van Overstraeten) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant