Les actions américaines sont de meilleurs refuges que l'or et les obligations (Amaïka AM)

le
5

Les actions américaines restent l'un des meilleurs refuges pour placer une partie de son épargne en profitant du rendement des dividendes estime David Kalfon (Amaïka AM).
Les actions américaines restent l'un des meilleurs refuges pour placer une partie de son épargne en profitant du rendement des dividendes estime David Kalfon (Amaïka AM).

Les actifs-refuges comme l’or et les obligations d’Etat sont toujours prisés par les investisseurs depuis l’annonce du Brexit. Pourtant, à y regarder de plus près, il semblerait que les investisseurs se reportent surtout vers les actions américaines. Et ils ont raison, affirme David Kalfon.

Environ quinze jours après le Brexit et malgré le récent rebond des actions européennes, le ciel reste encombré au-dessus des bourses de la zone euro. Et cela devrait perdurer durant les trois prochains mois.

Outre-Manche, l’attentisme devrait prédominer jusqu’au déclenchement de l’article 50 par la nouvelle première ministre Theresa May, lui-même potentiellement conditionné par les chiffres économiques du troisième trimestre en Grande-Bretagne. Mais plus globalement, l’issue négative du référendum a plus que jamais remis au goût du jour le risque politique, qui grandit à mesure que de nouvelles échéances approchent.

A commencer par la plus menaçante d’entre elles en Italie : le projet de réduction des pouvoirs du Sénat italien, qui sera soumis au vote du peuple en octobre prochain. En cas de rejet, Matteo Renzi, le chef du gouvernement transalpin, a d’ores et déjà annoncé qu’il quitterait ses fonctions. Ceci laisserait dans la foulée la porte ouverte à une arrivée au pouvoir des partis populistes comme le Mouvement 5 étoiles qui met en tête de son programme électoral la sortie de l’Italie de la zone euro.

Alors que la période estivale s’annonce agitée, une question se pose : faut-il solder ses positions sur les actions et succomber aux sirènes du « flight to quality » en se précipitant sur des actifs aux rendements inexistants comme les obligations d’Etat ou l’or jaune ? Rien n’est moins sûr. Surtout si l’on prend le temps d’analyser la situation au-delà des frontières de l’Union Européenne.

En l’occurrence, du S&P 500 aux Etats-Unis, au Hang Seng de Hong-Kong, en passant par le Nikkei, les principaux indices internationaux ont retrouvé leurs niveaux de cours datant de la veille des résultats du référendum britannique. Les investisseurs semblent avoir procédé à des arbitrages entre la zone euro et le reste du Monde plutôt qu’entre les actions et les autres grandes classes d’actifs.

En effet, renoncer aux actions reviendrait à renoncer à l’une des seules sources de rendement, qui subsiste dans l’environnement actuel, du moins dans la catégorie des placements offrant une liquidité suffisante que ne permettent pas les investissements dans l’immobilier ou le private equity.

Si on ajoute à ce phénomène de flux, des chiffres économiques solides aux Etats-Unis et une FED de moins en moins décidée à remonter ses taux d’intérêt, il semble préférable d’orienter nos investissements en dehors de la zone euro quitte à réduire à l’état de reliques du passé les dernières statistiques économiques, pourtant encourageantes. (…)

Les Etats-Unis ou encore l’Asie devraient continuer de faire figure de refuge et recueillir les faveurs des investisseurs, qui restent pour la plupart perplexes face aux incertitudes qui entourent l’avenir de la zone euro.

David Kalfon, Président-fondateur d’Amaïka Asset Management

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 il y a 8 mois

    Attention : paroles d' arnaqueurs professionnels...!

  • Neova il y a 8 mois

    Recherche pigeons à plumer... mdr !

  • guerber3 il y a 9 mois

    On a vraiment droit à tout, pauvre monde de faussaires indécrottables, ça devient pitoyable...!!!!

  • mlaure13 il y a 9 mois

    Autrement dit...il faut de tout pour faire un monde...:-)))

  • tttt9 il y a 9 mois

    Normalement, il faut diversifier : un peu d'actions; un peu d'obligations; un peu d'or et d'argent; un peu d'immobilier/terrains agricoles/forêts.