Les actionnaires votent massivement pour les hausses de salaires des patrons

le
2
Les actionnaires votent massivement pour les hausses de salaires des patrons
Les actionnaires votent massivement pour les hausses de salaires des patrons

Le débat sur les hauts salaires a beau agiter les employés à la machine à café, plus haut, la question ne se pose visiblement pas dans les mêmes termes. Selon une étude de l'Hebdo des AG publiée ce mardi, les actionnaires ont voté massivement les hausses de rémunérations des patrons lors des assemblées générales en 2014. 

Cette  enquête a été réalisée suite à l'entrée en vigueur de la nouvelle règlementation dite «Say on Pay» de juin 2013 qui prévoit la consultation des actionnaires sur les salaires des dirigeants mandataires sociaux. Une mesure qui, initialement, devait garantir une meilleure justice sociale dans les entreprises.

L'étude met en lumière un taux d'approbation de 91% en moyenne de la hausse de rémunération s'agissant des 95 entreprises de l'indice boursier SBF 120*. Au sein des groupes du CAC 40, Sanofi arrive en tête des salaires de patrons avec un total de 8,6 millions d'euros, suivi par L'Oréal avec un total de 8,5 millions d'euros, LVMH  avec 8 millions et Total avec 5,2 millions d'euros.

L'effet pervers de la loi

A l'heure où les suppressions d'emplois se multiplient, ces votes massifs passent mal auprès des petits salaires. L'étude précise toutefois que de tels comportements des actionnaires s'expliquent en partie par un manque d'informations sur la masse salariale alors que les  données sur les performances et bénéfices sont largement partagées.

«Le Say on Pay n'est pas l'instrument de justice sociale présenté lors du vote de la loi : les actionnaires votent pour la hausse de rémunération de dirigeants qui conduisent des plans sociaux. (...) Notre conviction est que les actionnaires qui ont voté ces "bonus" n'ont pas voulu délibérément récompenser la réalisation de plans sociaux», explique Bénédicte Hautefort, éditrice de L'Hebdo des AG, spécialisée dans les questions de gouvernance et de communication financière des assemblées de l'indice boursier SBF ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JUFRABRE le mardi 3 juin 2014 à 20:36

    Bon, c'est un peu anormal, l'actionnaire est un co-n. Il considère que le patron EST l'entreprise, alors qu'il n'est qu'un employé parmi tant d'autres !!

  • pierry5 le mardi 3 juin 2014 à 20:20

    Ben c'est un peu normal, l'actionnaire n'est pas co-n. Si un patron est payé 5.000.000 mais qu'il génère 1 Mld de bénéfice, le rapport est très intéressant. Ca fait 0.5%.