Les actionnaires moins présents dans les assemblées générales

le
0
(NEWSManagers.com) - Va-t-on vers une disparition des actionnaires ? Une interrogation peut-être exagérée mais que soulève néanmoins le quinzième rapport annuel de Proxinvest sur les assemblées générales. On observe en effet en France un certain retrait de la participation des actionnaires en nombre (16.309 contre 17.411 sur le CAC 40) avec un taux de contestation des résolutions en baisse qui reste néanmoins parmi les plus élevés d'Europe. Au sein du CAC 40, ce taux reflue à 5,9% contre 6,3% en 2010. Dans les sociétés de l'indice SBF 250, il est de 4,79% contre 5% en 2010, 4,6% en 2009 et 4,1% en 2008.

Le nombre de résolutions non adoptées contre l' avis du conseil, qui avait atteint le score record de 64 rejets en 2010, n' est plus que de 44 en 2011, nombre inférieur au niveau atteint en 2007. Les actionnaires critiquent tout d' abord les dispositifs de protection des dirigeants en période d'OPA (taux de contestation moyen de 35,3%) avec deux rejets très visibles chez Essilor International et Publicis Groupe.

Ils parviennent à rejeter également la privation de leurs droits préférentiels de souscription dans 21 cas dont Air France-KLM, GFI Informatique, Publicis Groupe, Rubis, Saft Groupe, et SOI TEC. Ils savent désormais rejeter individuellement certains administrateurs avec 7 rejets en 2011 dont Altran Technologies ou Gascogne ; ils contrôlent sérieusement les plans d' options ou actions gratuites avec 7 rejets (dont Saft Groupe, Seb, Rubis et Ubisoft Entertainment), tout comme les conventions réglementées surtout lorsqu' elles concernent un élément de rémunération différée de dirigeant ( Alten, César, Delachaux, Groupe Gorgé, Risk Group, Theolia).

Le nombre de propositions de résolutions externes comme chez GDF Suez, Safran ou Total, retombé de 62 à 24 en 2010, recule encore en 2011 à seulement 12 initiatives, niveau proche du nombre des 11 de 2005. La première résolution à contenu environnemental jamais présentée en France portant sur l' exploitation des sables bitumineux d' Alberta n' a pas été portée à l' ordre du jour par le Conseil de Total. Proxinvest déplore qu' il faille aller devant les tribunaux comme on l' a vu ces dernières années chez Total, Lagardère ou Société Générale, pour présenter une résolution non agrée par le conseil.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant