Les actionnaires de PSA votent le rapprochement avec Dongfeng

le
0
LES ACTIONNAIRES DE PSA APPROUVENT LE RAPPROCHEMENT AVEC DONGFENG
LES ACTIONNAIRES DE PSA APPROUVENT LE RAPPROCHEMENT AVEC DONGFENG

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Les actionnaires de PSA Peugeot Citroën ont approuvé vendredi à une très large majorité l'augmentation de capital de trois milliards d'euros à l'issue de laquelle le chinois Dongfeng et l'Etat français feront leur entrée au capital du constructeur automobile, dont la Chine est devenue au premier trimestre le premier marché devant la France.

Les trois résolutions relatives à cette augmentation de capital destinée à financer le développement futur de PSA - une partie réservée à Dongfeng et à l'Etat, et l'autre partie avec maintien du DPS - ont été adoptées par 98,30% à 99,88% des voix à l'issue de plus de trois heures d'assemblée générale au siège parisien du groupe.

"Ces opérations ouvriront une nouvelle page de l'histoire du groupe. En renforçant la solidité financière tout en traçant des perspectives de développement à l'international, elles contribueront à la pérennité du groupe et à sa croissance future", a déclaré Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance sortant, en préambule de l'assemblée générale.

A l'issue de l'AG, le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon a indiqué à des journalistes que le calendrier de l'augmentation de capital serait fixé en fonction des conditions de marché.

REBOND DES VENTES MONDIALES

Dongfeng et l'Etat français deviendront ensuite actionnaires à 14% chacun, à parité avec la famille Peugeot. Ils seront tous représentés au conseil de surveillance par deux administrateurs, dont la nomination a également été approuvée vendredi à une large majorité, tout comme le renouvellement pour quatre ans du mandat de Louis Gallois, futur président indépendant du conseil de surveillance de PSA.

Thierry Peugeot, qui va quant à lui céder sa place à compter de la première réunion du nouveau conseil, mardi prochain, a répété l'attachement de la famille fondatrice à l'avenir du groupe et aux métiers de l'automobile, alors que le rapprochement avec Dongfeng a suscité un moment des dissensions entre les héritiers Peugeot.

Le groupe compte sur le renforcement de ses liens avec son partenaire chinois pour financer son développement et accélérer sa croissance en Chine.

Au total, PSA a enregistré sur les trois premiers mois de l'année un rebond de 7,6% de ses ventes mondiales grâce à la reprise du marché en Europe et à la vigueur de la demande sur le marché chinois.

Les effets de change négatifs liés à l'appréciation de l'euro face à plusieurs devises de pays émergents ont cependant ramené la croissance du chiffre d'affaires à 1,9% sur la période.

En 2013, PSA avait accusé une baisse de 2,4% de son chiffre d'affaires.

LE POIDS DE L'EUROPE RENFORCÉ

Sur les trois premiers mois de 2014, le groupe a vendu 725.917 véhicules neufs, dont 169.197 en Chine, soit environ 1.500 de plus que sur le marché français.

La performance du groupe en Europe (+16%) et la faiblesse de marchés comme l'Amérique latine, la Russie ou la Turquie ont renforcé le poids du continent européen dans les ventes totales (61% au premier trimestre contre 56% un an plus tôt), inversant mécaniquement la tendance engagée les dernières années.

La vigueur de l'euro face à plusieurs monnaies a eu un impact négatif de 4,5% sur le chiffre d'affaires des véhicules neufs. Au total, la hausse du chiffre d'affaires au premier trimestre ressort à 1,9% à 13,287 milliards d'euros.

Jeudi, Renault a fait état d'une hausse de 5,1% de ses ventes mondiales mais d'une stagnation de son chiffre d'affaires à 8,3 milliards d'euros, là aussi à cause des effets de change négatifs. Prié de dire s'il espérait maintenir sa part de marché en Europe sur l'ensemble de 2014 - elle s'est stabilisée au premier trimestre à 12,3% - Jean-Baptiste de Chatillon a refusé en revanche d'évoquer les ambitions du groupe pour la seule année en cours, répétant que la priorité allait au redressement de la rentabilité à moyen terme.

PSA a accusé l'an dernier une lourde perte pour la deuxième année d'affilée, et a consommé près de 500 millions d'euros de free cash flow opérationnel. Le groupe a confirmé vendredi ses principaux objectifs, notamment un retour à un free cash flow opérationnel positif au plus tard en 2016.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant