Les actionnaires approuvent la fusion Glencore/Xstrata

le
0
LA FUSION DE GLENCORE ET XSTRATA APPROUVÉE PAR LES ACTIONNAIRES
LA FUSION DE GLENCORE ET XSTRATA APPROUVÉE PAR LES ACTIONNAIRES

par Clara Ferreira-Marques et Emma Farge

LONDRES/ZOUG (SUISSE) (Reuters) - Les actionnaires de Glencore et de Xstrata ont massivement approuvé mardi le rachat du groupe minier par le géant du négoce pour 31 milliards de dollars (23,4 milliards d'euros), ouvrant la voie à la création d'un nouveau géant des matières premières.

Après neuf mois de rebondissements, de bras de fer entre le conseil d'administration de Xstrata et ses grands actionnaires, sans parler des années de discussions en coulisse, le projet de fusion touche au but et vient couronner le succès de son chef d'orchestre, le directeur général de Glencore Ivan Glasenberg.

Quelques heures après un vote à 99,4% des actionnaires de Glencore, 78,88% des actionnaires de Xstrata ont approuvé la fusion, tout en rejetant, comme prévu, une clause controversée concernant la rémunération des dirigeants du groupe minier.

Ce rejet, à 78,4%, de la clause sur le maintien et la rémunération des dirigeants, porte un coup au directeur général du groupe minier, Mick Davis, et à son président, John Bond.

Ce dernier a d'ailleurs annoncé dans la foulée son intention d'abandonner son poste dès qu'un remplaçant lui aura été trouvé.

"Au vu de la décision des actionnaire de ne pas soutenir la recommandation du conseil d'administration, j'ai informé le conseil de Xstrata et le président en exercice de Glencore qu'une fois la fusion bouclée, j'avais l'intention de demander au conseil d'entamer un processus de nomination d'un nouveau président indépendant de Glencore Xstrata plc", a-t-il déclaré.

RÉMUNÉRATIONS "MONUMENTALES"

"Une fois que le processus aura abouti de façon satisfaisante, sous le contrôle du comité des nominations du conseil de Glencore Xstrata plc, je me retirerai", a-t-il ajouté dans un communiqué à l'issue du vote qui a eu lieu en Suisse.

Reste à la Commission européenne d'annoncer, d'ici jeudi, si elle donne son feu vert à l'opération ou si elle ouvre une enquête approfondie qui pourrait prendre plusieurs mois.

La Commission a notamment souligné que la part de marché de cette nouvelle entité dans le secteur du zinc pourrait atteindre 50% et Glencore a d'ores et déjà accepté d'apporter des concessions portant sur le poids du futur ensemble sur ce marché. et

Il restera enfin un dernier obstacle à lever, celui du feu vert des autorités chinoises de la concurrence. Ces dernières ne se fixent aucune date-butoir et cela risque de reporter la finalisation de l'accord.

Selon des analystes, la décision de Pékin, premier consommateur mondial de matières premières, est difficle à prévoir. Elle pourrait réclamer des assurances sur le comportement de l'entité issue de la fusion plutôt qu'exiger des cessions pures et simples.

Cette opération est toutefois une victoire pour les actionnaires activistes, qui ont poussé à modifier, tant les termes de l'offre, grâce au Qatar, que la clause sur les rémunérations, initialement posée comme étant une condition de l'opération.

De fait, en septembre, sous la pression du fonds souverain du Qatar, Glencore avait relevé son offre pour la porter à 3,05 actions nouvelles par titre Xstrata, contre 2,8 auparavant.

Qatar Holdings détient un peu plus de 12% de Xstrata, mais la structure complexe du projet de rapprochement permettait à des investisseurs détenant seulement 16,5% du capital d'y faire obstacle.

Quant au fonds Knight Vinke, également l'un des actionnaires principaux de Xstrata, il a jugé que les rémunérations prévues pour ses dirigeants était "monumentales" et s'est dit sceptique quant à la capacité du conseil à représenter ses intérêts.

A Londres, le titre Glencore a pris 1,58% à 330,8197 pence et Xstrata a gagné 3,11% à 984 pence, alors que l'indice des valeurs minières européennes a progressé de 0,42%.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant