Les actifs en immobilier d'entreprises sont-ils trop chers ?

le
1

La Française AM estime que la rareté de l'offre conjuguée à la dynamique des investissements entretiennent des prix soutenus. Pour autant, le marché n'est pas en situation de bulle. Dans un contexte de taux bas, la tension sur les valeurs est surtout la conséquence d'un manque de liquidité propre à la classe d'actif immobilière.

 

Dans sa lettre « Immobilier et Perspectives »,  La Française AM note qu'au vu d’un environnement économique morose, les valeurs atteintes par les meilleurs actifs tertiaires peuvent être analysées comme déconnectées des fondamentaux économiques. Mais peut-on craindre une nouvelle bulle immobilière ?

D'après La société de gestion, le risque est à écarter. En effet, à la différence du pic de 2007, la société de gestion note que les taux d’intérêt sans risque sont bas, et que les taux de rendement immobilier offrent toujours une prime significative par rapport ces derniers.

Par ailleurs, les loyers et les revenus locatifs sont, après plusieurs années de stagnation, en creux de cycle, ce qui peut justifier des taux de rendement faible anticipant une reprise. Enfin, plutôt qu’une situation de bulle, la tension sur les valeurs de marché est surtout « la conséquence du manque de liquidité immédiate propre à la classe d’actifs immobilière ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frgbour le vendredi 18 juil 2014 à 22:19

    Mais oui, aucun marché n'est en bulle, ni actions, ni immo (résidentiel ou/et entreprise) ni l'obligataire...Vous cherchez les dindons de la farce ?!?