Les actifs de la zone euro continueront leur rattrapage-Amundi

le
0

* Les actions de la zone euro offrent le meilleur rendement-Amundi * La dette corporate et souveraine périphérique offre du rendement * Attention au "copier-coller" zone euro/Japon par Raoul Sachs PARIS, 15 octobre (Reuters) - Amundi Asset Management table sur la poursuite du rattrapage des actifs risqués de la zone euro et estime que la Banque centrale européenne (BCE) fera en sorte de maintenir des "taux durablement très bas" et d'éviter la déflation. "Depuis un an et demi, le rattrapage des actifs risqués de la zone euro est le thème dominant des marchés. Il est toujours d'actualité", a déclaré mercredi Pascal Blanqué, responsable de la gestion (CIO) d'Amundi Group, leader du secteur en Europe avec 821 milliards d'euros d'actifs sous gestion. "Nous faisons le pari de la BCE et de taux d'intérêt durablement très bas", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Si la croissance restera faible en zone euro, celle-ci ne devrait pas sombrer dans la déflation qui a plombé le Japon depuis 1992. Les responsables d'Amundi ne doutent pas que la BCE mettra en oeuvre, s'il le faut, un programme d'assouplissement quantitatif (QE) du type de ceux de la Fed ou de la Banque d'Angleterre qui ont considérablement alourdi leur bilan en procédant à des achats massifs d'obligations d'Etat ou adossés à des créances immobilières. Ils ont souligné que depuis quelques semaines, la baisse de l'euro EUR= était venue s'ajouter aux facteurs favorables aux actifs risqués de la zone euro. Romain Boscher, directeur mondial des gestions actions d'Amundi, a expliqué qu'une baisse de 10% du taux effectif réel de l'euro se traduirait par un bond de 12,5% du bénéfice par action (BPA) 2015 des entreprises composant l'indice MSCI Europe. Malgré la très faible croissance en zone euro, les actions offrent et devraient continuer à offrir le meilleur rendement du dividende, soit en moyenne 3,0% contre 0,8% pour l'emprunt d'Etat d'allemand à 10 ans (Bund) DE10YT=TWEB et 1,16% pour l'OAT française de même maturité FR10YT=TWEB - des niveaux historiquement bas. LES NON-RESIDENTS A l'ORIGINE DU RATTRAPAGE "La comparaison avec le Japon ne relève pas du copier-coller. L'action de la BCE laisse à penser que si nous ressemblons au Japon c'est plus à celui de 2012 que de 1992", a souligné Romain Boscher qui rappelle que sous l'effet de la politique budgétaire du Premier ministre japonais, Shinzo Abe et de la politique taux zéro et du QE de la Banque du Japon, l'indice boursier japonais Topix .TOPX a grimpé de 80%. Pascal Banqué a indiqué que le rattrapage des actifs de la zone euro depuis 2011 est à mettre au crédit des grands investisseurs mondiaux, asiatiques et moyen-orientaux, américains ensuite - des acteurs de marché qui avaient fui la zone euro au plus fort de la crise de la dette souveraine des pays fragiles de l'Union économique et monétaire entre 2009-2011. "Les détenteurs d'obligations adorent cette situation", a souligné Marie-Anne Allier, responsable de la gestion taux aggregate, en ajoutant que les fonds obligataires ne referont pas, en 2015, la performance de 11% réalisée à ce stade en 2014. Elle a indiqué que près de 80% du segment obligataire offraient un rendement inférieur à 2% tandis que les rendements des obligations souveraines des pays périphériques se situaient entre 2% et 4%. Elle reste positive sur le crédit, "y compris le segment des obligations souveraines périphériques". Celles-ci "concentrent l'essentiel du rendement disponible, suivies par les obligations Crossover" (notées "BBB", bas de la catégorie investment grade, IG) et "BB", haut du HY. "Il faut se faire à l'idée qu'on ne peut plus avoir des rendements de 3,5% à 5% sans risque", a-t-elle expliqué en estimant que "l'appétit pour les produits obligataires à haut rendement devrait perdurer". (Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux