Les actes antisémites ont baissé d'un tiers en 2013

le
0
Les actes antisémites ont baissé d'un tiers en 2013
Les actes antisémites ont baissé d'un tiers en 2013

Le nombre d'actes antisémites recensés en 2013 a diminué de presque un tiers (31%) par rapport à 2012, une année «hors norme en matière d'antisémitisme», note dans son rapport annuel le Service de protection de la communauté juive (SPCJ), un organisme créé et sponsorisé par le Conseil représentatif des institutions juives (Crif) en 1980. Il est cependant supérieur de 9 % à celui de 2011 pourtant «déjà très préoccupant», précise-t-il.

Dans un entretien au «JDD», le président du Crif Roger Cukierman juge également les premiers mois de 2014 «très inquiétants». «Je crains que l'affaire Dieudonné n'entraîne un nouveau pic d'actions antisémites», dit-il.

423 actes antisémites ont été recensés en 2013, contre 614 en 2012 (année de l'affaire Merah) et 389 en 2011, précise le rapport du SPCJ mis en ligne dimanche, à deux jours du dîner annuel du Crif en présence de François Hollande. L'an dernier, le président de la République y avait décrit l'antisémitisme comme «la détestation de la France».

«Un climat hostile où la parole haineuse anti-juive se libère»

«Cette année encore», les villes de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Sarcelles, Strasbourg et Nice sont «les plus touchées», note le SPCJ, en déplorant que «la diminution attendue du nombre d'actes antisémites après l'année 2012» n'ait «pas eu lieu dans les proportions légitimement escomptées».

«Depuis l'an 2000, soit depuis 14 années consécutives, le nombre d'actes antisémites en France est très élevé», constate le rapport, déplorant «un climat hostile où la parole haineuse anti-juive se libère et favorise à court ou moyen terme les passages à l'acte».

Sur les 423 actes comptabilisés en 2013, 49 étaient des violences, 52 des dégradations et faits de vandalisme, 3 incendies ou tentatives et une tentative d'homicide. Il s'agissait aussi de 318 «menaces» (propos, gestes, injures, inscriptions, tracts et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant